Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La sécurité sociale préoccupée par la "banalisation" des arrêts de travail dans le Doubs

jeudi 12 juillet 2018 à 14:46 Par Florian Cazzola, France Bleu Besançon

Le nombre d'arrêts de travail ne cesse d'augmenter en France. Dans le Doubs, ils ont augmenté de 8% en 2017 par rapport à l'année précédente. Cette tendance peut s'expliquer par "la banalisation des arrêts de travail", d'après Lilian Vachon, le directeur de la CPAM du Doubs.

La sécurité sociale s'inquiète de l'augmentation des arrêts maladie dans le Doubs. Ils ont augmenté de 8 % entre 2016 et 2017. (Photo d'illustration)
La sécurité sociale s'inquiète de l'augmentation des arrêts maladie dans le Doubs. Ils ont augmenté de 8 % entre 2016 et 2017. (Photo d'illustration) © Maxppp - Luc Nobout

Franche-Comté, France

Invité de France Bleu Besançon, ce jeudi, le directeur de la caisse primaire d’assurance maladie du Doubs, Lilian Vachon, estime que les arrêts de travail sont aujourd'hui trop nombreux et délivrés trop facilement. Entre 2016 et 2017, le nombre d'arrêts a augmenté de 8% dans le Doubs. La progression de ces arrêts maladies est similaire sur les six premiers mois de l'année 2018.

Deux fois plus d'arrêts maladies dans le Doubs que la moyenne nationale

La CPAM du Doubs est en train de mettre en place une série de mesures pour tenter d'enrayer la croissance du nombre d'arrêts maladies. D'après leurs chiffres, ils seraient deux fois plus importants que dans le reste de la France. "Nous devons être vigilants, avance Lilian Vachon, le directeur de la caisse primaire d'assurance maladie du Doubs. On ne peut pas exclure de s'intéresser aux causes qui peuvent provoquer cette augmentation. L'allongement de la durée d'activité avec le recul de l'age de la retraite est une de ces causes. Plus on est âgé plus les arrêts sont longs."

Lilian Vachon avance plusieurs causes. Il explique qu'avec la reprise de l'activité économique, les entreprises se développent, embauchent donc plus de personnel, "des salariés dont l’emploi suscite, par conséquence, plus d'arrêts maladies".   

L'interview complète de Lilian Vachon, le directeur de la CPAM du Doubs.

Des médecins aux pratiques "atypiques"

Si le président de la CPAM refuse de qualifier les médecins de "complaisants" pour expliquer cette soudaine augmentation, Lilian Vachon n'hésite pas en revanche à employer le terme de "pratiques atypiques". 

"On est préoccupé par la banalisation des arrêts de travail, explique-t-il, ce jeudi, sur France Bleu Besançon. Cela doit rester une réponse thérapeutique à un problème de santé [...] Malheureusement, c'est parfois utilisé comme un acte administratif pour le repos ou autre et pas pour guérir. Il y a des arrêts qui pourraient être évités avec une autre hygiène de vie et des arrêts moins longs ."

D'après le patron de la sécurité sociale dans le Doubs, certains assurés sociaux entretiennent une pression sur les médecins pour obtenir des arrêts plus facilement. "Certains sont susceptibles de leur décrire des situations parfois très complexes pour obtenir des arrêts de travail.

Les services du Doubs vont rencontrer une centaine de médecins dans les prochaines semaines pour leur expliquer les bons réflexes.  "Un jour d'arrêt de travail en moins sur l'ensemble des arrêts dans le Doubs représenterait une économie de 630.000 euros." Sept médecins aux pratiques particulièrement "atypiques" vont être convoqués pour un entretien d'alerte.