Économie – Social

Les agriculteurs de la Haute Vienne ont le moral en berne

Par Françoise Ravanne, France Bleu Limousin lundi 10 octobre 2016 à 18:13

Le SAFRAN à Limoges : il abrite la Chambre d'agriculture de la Haute Vienne
Le SAFRAN à Limoges : il abrite la Chambre d'agriculture de la Haute Vienne © Maxppp - Françoise Ravanne

C'est dans un contexte très difficile que s'est tenu ce lundi la session d'automne de la Chambre d'Agriculture de la Haute-Vienne. Pour son président Jean Marie Delage, les agriculteurs cumulent un bon nombre de difficultés, des difficultés renforcées par la sécheresse.

" C'est une situation très compliquée" telle est l'entrée en matière de Jean Marie Delage le président de la Chambre d'Agriculture de la Haute-Vienne. Il y a bien sûr le problème des cours de la viande et du lait, celui des trésoreries des agriculteurs qui sont pour beaucoup au plus bas . Et vient s'ajouter aux difficultés des exploitants la sécheresse... ce qui fait dire au président de la chambre consulaire "c'est pire que jamais" . Et il explique que les éleveurs du département sont obligés de nourrir leurs animaux avec du fourrage quasiment depuis début août et il va falloir continuer jusqu'au printemps ce qui n'arrange rien pour les trésoreries.

Les éleveurs de la Haute vienne ont peu de chance d'obtenir des aides au titre des calamités agricoles.

Le printemps et les fortes pluies qui l'ont accompagné ont permis de procéder à une première récolte de fourrage abondante même si elle n'était pas de très bonne qualité mais c'est après, avec la sécheresse, que la situation s'est aggravée . Pourtant les critères retenus pour obtenir des aides au titre des calamités agricoles ne seront pas remplis car il faudrait avoir perdu au moins 30 % de la récolte ce qui n'est pas le cas. Le président de la chambre d'agriculture n'est donc pas très optimiste pour l'obtention de ces aides.

Une éclaircie dans ce tableau très sombre : les ressources en eau existent

Parce que les éleveurs sont de plus en plus souvent confrontés ces dernières années à des problèmes de sécheresse, la Chambre d'Agriculture de la Haute vienne a demandé une étude au Bureau de recherche géologique et minière pour connaître les ressources en eau, et bonne nouvelle, malgré l'absence de nappes phréatiques en Limousin, les sources, elles, ne s'épuisent pas et c'est encore le cas au terme de cet été 2016. " Nous allons donc réfléchir à mieux exploiter cette ressource notamment pour abreuver les animaux" même si ça demande des aménagements et des installations mais le bureau de recherche leur a confirmé que se servir de ces sources ne porterait pas atteinte à l'environnement ce qui devrait rassurer les acteurs de la gestion de l'eau. " C'est l'enjeu de demain pour tous les types d'agriculture y compris l'élevage" conclut Jean Marie Delage.

Partager sur :