Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Industrie en Isère : la situation reste compliquée chez Hexcel

-
Par , , France Bleu Isère

Hexcel, entreprise qui fabrique et tisse de la fibre carbone et qui compte un peu plus de 500 salariés en Isère, subit encore aujourd'hui les conséquences de la crise sur ses principaux clients qui sont des entreprises de l'aéronautique.

En 2018 le site Hexcel de Salaise-sur-Sanne - Roussillon, avait été inauguré en grande pompe par Muriel Pénicaud, ministre du Travail et Nick Stanage, le PDG américain d'Hexcel
En 2018 le site Hexcel de Salaise-sur-Sanne - Roussillon, avait été inauguré en grande pompe par Muriel Pénicaud, ministre du Travail et Nick Stanage, le PDG américain d'Hexcel © Radio France - Véronique Pueyo

En Isère, les quelque 530 salariés de l'entreprise Hexcel connaissent une rentrée difficile, loin de l'euphorie de ces dernières années et des importants investissements pour un nouveau site et un agrandissement de l'autre. Aujourd'hui il travaillent moins, voire pas du tout pour certains, et la crise économique qui suit le confinement ne laisse pas beaucoup de perspectives pour l'instant. Le problème est simple : 130 employés d'Hexcel fabriquent à Salaise-sur-Sanne, près de Roussillon, de la fibre carbone qui est tissée par environ 400 salariés aux Avenières-Veyrins-Thuellin, près de Morestel, pour des clients finaux qui sont pour l'essentiel des entreprises de l'aéronautique qui subissent un sérieux coup d'arrêt. 

Bilan : à Roussillon - Salaise-sur-Sanne à peine une dizaine de salariés travaillent quelques jours par semaine et aux Avenières, ils connaissent tous entre 4 et 8 jours chômés par mois. Pour ne rien arranger les échos en provenance d'autres sites français n'invitent pas à l'optimisme puisqu'à Dagneux (Ain) il est question d'une trentaine de licenciements et qu'à Bouquenais (Loire-Atlantique), 70 salariés près de Nantes, le site va carrément fermer;  seuls quelques emplois pour de la logistique seront maintenus. 

Pas ou peu de perspectives d'amélioration

La direction d'Hexcel fait savoir qu'elle se refuse à tout commentaire mais les délégués syndicaux eux, décrivent la situation. A Roussillon, Nicolas Callens, délégué CGT, explique que parmi les salariés "il y en a beaucoup qui profitent pour aller travailler dans d'autres entreprises parce qu'on est dans un bassin où il y a quand même de l'emploi. Il y en a une partie qui sont très inquiets et puis d'autres qui se disent que si ils ne travaillent plus chez Hexcel ils travailleront ailleurs". 

Quoi qu'il en soit le délégué syndical ne voit pas venir de redémarrage de sitôt : "_Le ciel bleu ne sera pas pour tout de suite_. Nos clients principaux sont Airbus et Safran, explique Nicolas Callens, et quand on voit comment ça se passe chez eux il y a de quoi être inquiet. Ce sera très très long de reprendre une activité comme l'année dernière". En 2021 encore "le chômage longue durée sera certainement utilisé pour ajuster au mieux le temps de travail avec le carnet de commandes".

"Il y a des moments où on se dit que le site va fermer et puis il y a d'autres moments où on se dit "non c'est une usine qui est toute neuve", ce serait vraiment du gâchis." - Nicolas Callens, CGT Hexcel à Salaise-sur-Sanne

Pourvu que Hexcel parvienne à trouver d'autres marchés...

Pour l'avenir la diversification est une nécessité chez Hexcel selon Christophe Perrier, délégué CFDT, syndicat majoritaire sur le site des Avenières-Veyrins-Thuellin. "On attend qu'ils cherchent d'autre marchés. Qu'on garde quand même l'aéronautique mais pas à 80%! Apparemment les commerciaux sont en train de regarder vers d'autres marchés". Sur ce site là, les salariés travaillent bien plus qu'à Roussillon mais connaissent quand même 4 à 8 jours de chômage par mois et c'est au prix d'un accord "de performance collective" qui a validé des diminutions de primes et de 13e mois. Un accord qui ne va pas de soi puisque 42 salariés qui le refuse à titre individuel, soit 10% des effectifs, préfèrent le licenciement et s'apprêtent à partir. Il n'y aura pas d'autre accord signale d'ores et déjà la CFDT. "En plus du chômage partiel qu'on a, explique Christophe Perrier, si nos primes sont encore amputées à un moment les gens n'arriveront plus à vivre" et "ça ne sauvera pas les emplois...". Non cette rentrée n'est pas une bonne rentrée chez Hexcel.

Une bobine sortie de l'usine de Salaise-sur-Sanne
Une bobine sortie de l'usine de Salaise-sur-Sanne - Hexcel Fibers
Choix de la station

À venir dansDanssecondess