Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Gestion de la station de ski d'Artouste : la commune de Laruns reprend la main

-
Par , France Bleu Béarn

Vendredi, la commune de Laruns a décidé de reprendre en main la gestion de la station de ski d'Artouste et du petit train. Selon Altiservice qui a accepté la rupture à l'amiable du contrat de gestion qui devait expirer en 2023, le déficit atteint un million d'euros par an.

Artouste et son panorama unique
Artouste et son panorama unique © Radio France

Pau, France

C'est une nouvelle page de l'histoire de la station qui débute. Une histoire agitée, et un déficit chronique. Le département pourrait-il à nouveau prendre en charge la gestion de la station à travers l'EPSA, l'Etablissement Public des Stations d'Altitude ? À ce jour aucune piste n'est écartée. 

André Arribes, conseiller départemental président de l'EPSA

Pour André Arribes, le conseiller départemental président de l'EPSA, c'est encore tôt pour dire ce que sera l'avenir d'Artouste. Mais il y a des points positifs : le département a mis à l'étude la fameuse liaison des domaines skiables d'Artouste et de Gourette. Un cabinet spécialisé va faire d'ici juin des propositions pour les stations Béarnaises. En ce qui concerne les investissements, les télécabines qui relient le village autour du lac de Fabrèges au domaine skiable d'Artouste sont neuves. Elles ont été refaites en 2016 avec des financements de la région, du département et de la commune. C'est un élément important. Sans oublier  le petit train qui assure une activité estivale.

Les stations de ski ne sont pas plus déficitaires que de nombreux équipements publics

Le maire de Laruns, Robert Casadebaig en a assez qu'on lui parle du déficit d'un million d'euros par an. Il y a de nombreux équipements publics qui sont déficitaires et qui n'ont pas les retombées économiques d'une station de ski. On estime qu'un euro investi dans les stations en génère 6 pour l'économie locale, grâce notamment à la pérennisation des emplois, des commerces, et des services publics.

Robert Casadebaig, le maire de Laruns

Le fonctionnement de notre piscine municipale c'est un déficit de 250 à 300 000 euros par an. Ce qui n'est quand même pas rien. 

Dans les Pyrénées, d'autres communes ont fait le même choix que Laruns. C'est le cas de Luchon avec le domaine de Super Bagnères, en Haute-Garonne. C'est en 2012 que la commune a rompu son contrat avec Altiservice. Ce contrat ne lui permettait plus d'investir sur la station et la filiale d'Engie communiquait plus sur le nom d'Altiservice que sur le nom de la station. La commune a pris la gestion avant de passer le relais au département. Le département a épongé le déficit d'un million et demi d'euros, minoré par les bons résultats. Aujourd'hui le chiffre d'affaire est en progression constante, il a dépassé les 5 millions d'euros. 

Louis Ferré, le maire de Luchon

Choix de la station

France Bleu