Économie – Social

Une prime à la reconversion supprimée : de futurs infirmiers francs-comtois pénalisés

Par Marion Streicher et Jean-François Fernandez, France Bleu Besançon mardi 3 octobre 2017 à 11:46

le métier d'infirmier fait partie des 58 métiers qui ne donnent plus droit à la prime d'Etat de reconversion
le métier d'infirmier fait partie des 58 métiers qui ne donnent plus droit à la prime d'Etat de reconversion © Maxppp - /

La tuile pour les personnes en reconversion qui avaient choisi d'intégrer une formation d'infirmière en Franche-Comté. Le métier a été sorti de la liste donnant droit à une prime d'Etat d'environ 600 euros par an durant les trois années de formation.

C'est le coup dur de la rentrée pour les élèves qui ont choisi une reconversion professionnelle en se tournant vers les écoles d'infirmières en Franche-Comté. L'allocation d'environ 600 euros par mois qu'ils devaient toucher est supprimée. Leur formation reste prise en charge par la région (environ 6.000 euros par an), mais l' allocation que devait leur verser l'Etat dans le cadre de la reconversion a disparu. Le métier d'infirmière, comme 57 autres métiers, est sorti de la liste des métiers qui peuvent en bénéficier. Les élèves l'ont appris le jour de la rentrée. Tous les élèves sont concernés en Bourgogne Franche-Comté, mais d'autres régions ont choisi de maintenir l'allocation.

La suppression de l'allocation juste avant la rentrée est très discutable"

Hélène fait partie des 19 élèves infirmiers à l'IFSI de Vesoul, l'Institut de Formation en Soins Infirmiers. Lorsqu'elle a choisi de quitter un poste en CDI pour se lancer dans une carrière d'infirmière, elle comptait sur cette allocation pour vivre d'autant qu'elle est maman de deux enfants :

"je n'aurais jamais quitté mon emploi si on m'avait dit que je n'aurais pas cette allocation"

La suppression au dernier moment de cette allocation est très discutable dans la méthode. Les élèves pénalisés ont obtenu le soutien de Frédéric Burghard, le maire de Luxeuil et conseiller départemental de la Haute-Saône, qui a été infirmier. Il a décidé d'écrire au préfet.

"on change la règle du jeu en plein été...c'est dénonçable" dit le conseiller départemental Frédéric Burghard

Dernier espoir pour les élèves : le Comité paritaire interprofessionnel régional pour l'emploi doit se réunir le 20 octobre pour réexaminer la liste des métiers. Si le métier d'infirmier est maintenu dans cette liste, il y aura maintien de l'allocation et rétroactivité.