Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La suppression de 140 postes annoncée chez Deutsch à Allonnes

vendredi 11 janvier 2019 à 17:31 Par Alexandre Chassignon, France Bleu Maine

La quasi-totalité des effectifs de l'usine TE connectivity d'Allonnes risquent d'être supprimés. Le propriétaire américain a annoncé ce jeudi un plan de licenciements de 140 personnes. Il prévoit de délocaliser l'activité.

L'usine d'Allonnes produit notamment des pièces nécessaires à l'alimentation électrique des trains.
L'usine d'Allonnes produit notamment des pièces nécessaires à l'alimentation électrique des trains. © Maxppp - la Voix du Nord - Max ROSEREAU

Allonnes, France

C'est une surprise totale pour les employés de l'usine Deutsch d'Allonnes. Le propriétaire américain TE connectivity a annoncé ce jeudi la suppression de 140 postes, soit la quasi-totalité des effectifs puisque le site emploie 161 personnes, auxquelles s'ajoutent en ce moment 25 intérimaires.

"Le matin même, nous venions de recevoir une nouvelle machine à 1,2 million d'euros", s'étrangle Philippe Gautier, le secrétaire (CGT) du comité d'entreprise. Selon lui, le propriétaire a l'intention de délocaliser la production à l'étranger. L'activité de connecteurs pour les trains partirait en Pologne et celle pour l'offshore au Texas.

Les élus locaux en appellent au gouvernement

A l'issue de ces suppressions de postes il ne resterait qu'une vingtaine de salariés à Allonnes, pour la partie bureau d'études.

Gilles Leproust, le maire (FdG) d'Allonnes, juge "inacceptable" cette perspective pour "la partie ferroviaire, la plus importante, la plus rentable et qui travaille avec Alstom et la SNCF".

Il demande à Emmanuel Macron, Edouard Philippe, Bruno Le Maire "qu’ils interviennent pour exiger que cette entreprise maintienne les emplois sur le site".

La députée (PS) Sylvie Tolmont a annoncé avoir alerté le préfet et le ministre de l'Economie dès jeudi.