Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La suppression de la taxe d'habitation confirmée pour tous d'ici 2022

-
Par , France Bleu

Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a confirmé dans la nuit de mardi à mercredi à l'Assemblée nationale la suppression de la taxe d'habitation pour l'ensemble des contribuables, hors résidences secondaires, d'ici la fin du mandat d'Emmanuel Macron.

Le texte pourrait s'inscrire « sans doute » dans le cadre du projet de loi de finances pour 2020.
Le texte pourrait s'inscrire « sans doute » dans le cadre du projet de loi de finances pour 2020. © AFP - Ludovic Marin

France

Les Français y voient désormais un peu plus clair sur la suppression de la taxe d'habitation, cette décision qui doit redonner du pouvoir d'achat aux classes moyennes et populaires. Le ministre des Comptes publics, Gérald Darmanin, a confirmé cette nuit à l'Assemblée nationale sa suppression pour l'ensemble des contribuables, hors résidences secondaires, d'ici 2022.

"Je vous confirme que nous avons à accomplir la promesse puis l'engagement du président de la République, pris à la fin de l'année 2017 de la suppression à 100% de la taxe d'habitation sans les résidences secondaires d'ici la fin du quinquennat, c'est à dire d'ici l'année budgétaire 2022", a expliqué le ministre. A l'origine, la promesse du candidat Emmanuel Macron ne prévoyait une exonération que pour 80% des français, avec une mise en place progressive jusqu'à 2020.

Répondre aux citoyens et aux maires

Pour Gérald Darmanin, il s'agit d'un "texte très important". "Il n'y aura pas de projet de loi rectificatif manifestement puisque la crise des gilets jaunes et le grand débat ne nous ont pas permis de le mettre à l'ordre du jour", a-t-il ajouté.  

Selon lui, il pourrait en revanche s'inscrire "sans doute" dans le cadre du projet de loi de finances pour 2020, "afin que tous les élus de France, avant de retourner devant les électeurs, notamment lors des municipales de 2020, puissent connaître effectivement quelle est la compensation, le dégrèvement, le remplacement, le renouveau de la fiscalité locale".

Depuis plusieurs mois, les élus locaux avaient demandé des clarifications à l’Exécutif. A la fin du mois de janvier, le Président de la République leur a répondu : "plus personne ne la paiera". Le chef de l'Etat avait alors laissé entendre une mise au clair avec "un projet de loi de finances à l'été".