Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La tension monte entre le gouvernement et les agriculteurs corses

mercredi 1 novembre 2017 à 8:35 Par Maxime Becmeur et Leila Mechaouri, France Bleu RCFM et France Bleu

Avec la sécheresse, le fourrage utilisé pour nourrir les bêtes coûte extrêmement cher. Jusqu'à 380 euros la tonne contre 160 euros en moyenne sur le continent, selon la FDSEA. Un tarif qui varie du simple au double. Le gouvernement a refusé d'accorder une aide financière.

La sécheresse coûte cher aux agriculteurs corses. Le gouvernement leur a refusé une aide financière.
La sécheresse coûte cher aux agriculteurs corses. Le gouvernement leur a refusé une aide financière. © Maxppp - France Bleu RCFM

Corse, France

La sécheresse que traverse la Corse depuis le printemps dernier, on le sait, a causé de grosses difficultés aux exploitants agricoles de l'île. Sur le territoire, il n'y a quasiment plus de fourrage disponible. Il faut donc en acheter sur le continent. Et avec le transport, on atteint forcément des prix exorbitants. En moyenne, on avoisine les 380 euros la tonne, affirment les représentants de la FDSEA (Fédération départementale des syndicats d'exploitants agricoles) de Haute-Corse.

Pour faire face à ces surcoûts engendrés par des conditions climatiques exceptionnelles, les agriculteurs ont demandé au gouvernement le déblocage d'une aide spécifique à la Corse. Objectif : compenser au minimum le prix du transport maritime. Mais le verdict est tombé. Le ministère de l'Agriculture a répondu par la négative, au motif que ce serait considéré comme de la concurrence déloyale.

Selon Joseph Colombani, président de la FDSEA de Haute-Corse, il existe une aide sur l'utilisation des jachères, accordée au niveau national. Mais celle-ci ne s'appliquerait pas à la Corse. D'où la colère du représentant syndical.

Joseph Colombani, président de la FDSEA de Haute-Corse.

Pour beaucoup d'éleveurs insulaires, la situation commence à devenir très critique. Comme l'explique Sébastien Mercuri, président du syndicat des Jeunes agriculteurs de Haute-Corse.

Sébastien Mercuri, président du Syndicat des Jeunes Agriculteurs de Haute-Corse.

Les syndicats appellent la population corse à se joindre à une journée d'action, ce vendredi 3 novembre à Bastia et à Ajaccio. Les exploitants veulent faire entendre leur voix jusqu'au ministère de l'Agriculture.