Économie – Social

La verrerie Duralex inaugure son nouveau four

Par Patricia Pourrez, France Bleu Orléans jeudi 5 octobre 2017 à 19:33

85 millions de pièces sortent chaque année de l'usine Duralex
85 millions de pièces sortent chaque année de l'usine Duralex © Radio France - Patricia Pourrez

La verrerie Duralex de la Chapelle Saint Mesmin a inauguré ce jeudi son nouveau four. Cet investissement de près de 10 millions d'euros va permettre à l'usine de s'améliorer en " qualité et en quantité" pour conquérir de nouveaux marchés à l'étranger.

Les temps ont bien changé à Duralex. Il y a 9 ans, l'usine bien connue en France pour fabriquer les verres de cantine, était au bord de la faillite. Depuis, l'industriel Antoine Ioannidès et son frère ont investi près de 40 millions d'euros sur le site de la Chapelle Saint Mesmin. Une partie des installations a été rénovée. Il restait encore à changer le four vieillissant. C'est chose faite depuis cet été.

Un four entièrement piloté par ordinateur

Une image de l'intérieur du four surveillé 24H sur 24 - Radio France
Une image de l'intérieur du four surveillé 24H sur 24 © Radio France - Patricia Pourrez

De fabrication allemande, ce nouveau four a coûté près de 10 millions d'euros. Il va permettre à Duralex d'améliorer la qualité de son verre en passant de 20.000 microbulles par cm2 à seulement 20. C'est l'équivalent de ce qui se fait pour les verres de parfumerie. Mais, Duralex veut surtout augmenter sa production. L'objectif est de passer de 110 tonnes par jour à 170. Duralex, qui s'est beaucoup diversifié ces dernières années avec de la vaisselle de couleur ou de décoration, exporte aujourd'hui dans 100 pays à travers le monde. L'entreprise loirétaine veut aussi conquérir la Chine et la Corée du Sud. " Il y a quelques mois, lors d'un salon en Chine, on a vendu pour 400.000 euros de Duralex en une journée" explique le PDG de l'usine. " On aurait pu vendre 3 ou 4 fois plus mais on n'avait pas la capacité de production".

Duralex a du mal à recruter

L'usine Duralex de la Chapelle Saint Mesmin emploie actuellement 250 salariés ( contre 200 lorsqu'elle a été reprise en 2008). Pour monter en puissance, elle devra aussi recruter mais c'est "un gros souci" pour les dirigeants. "On n'arrive pas à recruter des électriciens, des électro-mécaniens ou encore automaticiens " explique François Marciano, le directeur industriel. Pour lui , c'est une question cruciale, " à terme, on pourrait limiter la production si on n'a pas les ressources". A l'occasion de l'inauguration du four, les dirigeants de l'usine ont d'ailleurs lancé un appel au Préfet et au Président de la Région Centre Val de Loire pour qu'ils tentent de trouver des solutions à ce manque de main d'oeuvre.

Antoine Ioannidès au 2ème plan derrière les élus et le Préfet du Loiret  - Radio France
Antoine Ioannidès au 2ème plan derrière les élus et le Préfet du Loiret © Radio France - Patricia Pourrez

Reportage à écouter ici :

Reportage de France Bleu Orléans lors de l'inauguration officielle du nouveau four de Duralex