Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La ville de Brive maintiendra le même soutien au CA Brive en Pro D2

lundi 30 avril 2018 à 10:53 Par Fabienne Joigneault, France Bleu Limousin

Qu'il s'agisse de la subvention ou de la réfection de la pelouse, la ville de Brive va maintenir son soutien au CAB au même niveau, même en Pro D2. Objectif pour le maire : "refaire très vite le coup de 2013". Frédéric Soulier était l'invité de France Bleu Limousin à 8h15 ce lundi.

Cette relégation en Pro D2 est "une épreuve", reconnaît le maire de Brive, car "le CAB est le baromètre de la ville"
Cette relégation en Pro D2 est "une épreuve", reconnaît le maire de Brive, car "le CAB est le baromètre de la ville" © Radio France - Nicolas Blanzat

19100 Brive-la-Gaillarde, France

C'est officiel depuis samedi soir et la défaite sur la pelouse du Stade Français : le CAB jouera en Pro D2 la saison prochaine.  Une relégation sportive qui a des conséquences économiques pour la cité gaillarde. C'est pourquoi le maire de Brive, Frédéric Soulier, vise la remontée en Top 14 dès que possible. Il maintiendra le même soutien au club de rugby, et le confirmait ce lundi matin au micro de Nicolas Blanzat sur France Bleu Limousin. 

"Passer le cap de l'émotion

"C'est une épreuve", reconnaît le maire de Brive, qui rappelle que"le CAB, c'est le baromètre de la ville, la première entreprise de spectacle du département, et il y a une culture rugby extrêmement forte à Brive". Frédéric Soulier souligne au passage "un concours de circonstances incroyable", avec la mort de Bernard Murat. L'ancien maire, dont il était l'adjoint, "vivrait mal cette descente, il aurait l'émotion que beaucoup de Brivistes ressentent". Pour autant, souligne Frédéric Soulier, "cette relégation n'est pas la première (j'espère qu'elle sera la dernière !)". Il faut selon lui, "passer le cap de l'émotion, se tourner vers demain et savoir comment refaire le coup de 2013 le plus vite possible", c'est à dire la remontée en Top 14.

"Le Top 14 a besoin de petits clubs

C'est la visibilité d'abord qui est touchée : la saison prochaine, Brive ira jouer à Massy, Soyaux-Angoulême, Vannes, Aix-en-Provence...  Mais, souligne le maire de Brive, "la Pro D2 d'aujourd'hui n'est plus la même qu'il y a dix ans avec une évolution par le bas et c'est sans doute tant mieux !". La visibilité pour lui, ça reste quand même Lyon, Clermont, Toulouse, Toulon, donc le Top 14. Et de rappeler que l'an dernier, "Brive jouait quasiment le Top 7, avec le même budget de 17 millions d'euros", c'est à dire deux fois moins que les gros clubs. "_Il ne faut pas imaginer qu'un Top 14 se construit uniquement avec des clubs à 30 millions d'euros_, le championnat a aussi besoin de l'exemple de Brive", estime Frédéric Soulier.  

"Brive est un club sain financièrement", rappelle au passage le maire, qui trouve qu'on "ne le dit pas assez". Et d'évoquer des périodes "beaucoup plus difficiles, beaucoup plus secouées".  Et il annonce qu'il maintiendra l'aide de la ville au même niveau. "Forcément, certains diront que c'est trop d'argent pour ce qu'on a vu", anticipe le maire, "mais on donne la même chose quand on finit 8ème comme l'année dernière ou quand on monte de Pro D2 en Top 14 comme en 2013!"

Mettre l'accent sur la formation

La réfection de la pelouse du Stadium prévue l'an prochain n'est pas non plus remise en cause : "on ne refaisait pas la pelouse parce qu'on était en Top 14 mais parce qu'après 50 ans, elle avait vécu ! Au passage, ça nous permettra de nous mettre en conformité sur la longueur du terrain". Et concernant la tribune Elie Peybere, la ville a déménagé l'ensemble de ses services situés en-dessous. A charge pour le club d'investir dans son centre d'entraînement et de formation. "Entre ça et une nouvelle tribune, y'a pas débat !" pour le maire.