Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

La ville de Chambéry veut faire payer à la CGT la fête du 1er mai

mercredi 25 avril 2018 à 19:25 Par Nicolas Peronnet, France Bleu Pays de Savoie

Depuis plus de trehte ans c'est cadeau, mais cette année pour la CGT ce sera payant. Le syndicat a reçu un devis de la ville de Chambéry de 7.000 euros pour l'organisation de sa fête du 1er mai dans le parc de Buisson Rond.

Manifestation du 1er mai (illustration)
Manifestation du 1er mai (illustration) © Maxppp - Philippe Rouah

A Chambéry, c'est la tradition pour la fête du travail le 1er mai. Les syndicats défilent en ville, souvent ensemble mais pas toujours, et ensuite chaque organisation y va de sa petite fête. La CGT organise par exemple son principal rassemblement au parc de Buisson Rond de Chambéry. 

Cette année, pour la première fois depuis plus de trente ans, le syndicat devra mettre la main au portefeuille pour utiliser les équipements municipaux. La ville lui a fait parvenir lundi un devis de 7.000 euros "pour un podium, une centaine de tables, 200 chaises et un accès à l’électricité" enrage Claude Colombet, le premier secrétaire de l'union locale CGT de Chambéry. 

"Hors de question de payer". Claude Colombet 

"Ça me révolte et ça m'agace" explique le syndicaliste, "déjà on a pas les moyens de payer, et puis on ne peut pas accepter 7.000 euros de devis sur une simple fête comme celle là. Ce n'est pas un concert, on ne va pas faire de recettes". Claude Colombet ne comprend pas le changement de position de la mairie, qui a décidé de mettre fin à la gratuité, "déjà c'est l'usage, et puis si la fête des travailleurs a lieu le 1er mai, il y a une raison. C'est quand même bien que tous les chambériens puissent participer". 

ECOUTEZ Claude Colombet, secrétaire de l'union locale CGT de Chambéry

La ville de Chambéry assume 

Depuis plusieurs mois, l'ambiance est électrique entre la ville et la CGT qui mène la fronde des agents territoriaux, notamment celle des ATSEM dans les écoles chambériennes. Alors petit retour de bâton ? Aucunement répond Benoit Perrotton, l'adjoint aux finances de la ville, "nous ne sommes pas dans une quelconque vengeance ou autre esprit négatif vis à vis des syndicats. J'ai simplement souhaité que les choses soient davantage cadrées, et que les syndicats ou associations qui ont les moyens d'assumer leurs locations les assument". 

ECOUTEZ le reportage de France Bleu Pays de Savoie

La CGT espère encore trouver un terrain d'entente, mais dans tous les cas "la fête aura lieu" assure Claude Colombet, "même si il faut employer les moyens du bord". Chaque année environ 250 personnes participent à cette fête du 1er mai organisée par la CGT à Chambéry.