Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Mouvement des "gilets jaunes"

Gilets jaunes : la zone commerciale de Plan de Campagne en alerte

-
Par , France Bleu Provence
Plan de Campagne

Les 500 commerçants de la plus grande zone commerciale d’Europe, en appellent à l’État et au préfet pour prévenir tout blocage des gilets jaunes ce week-end.

la zone de Plan de Campagne presque déserte
la zone de Plan de Campagne presque déserte © Radio France - Philippe Boccara

Les commerçants de Plan de Campagne veulent une présence policière pour libérer tous les accès. Le week-end dernier, à cause des opérations de blocage et de filtrage, ils estiment leur perte de chiffres d’affaires à 80% le samedi, à 40% le dimanche. Pas question pour eux de revivre, ce week-end de Black Friday, une telle baisse de fréquentation. 

Cette période qui démarre représente suivant les enseignes entre un quart et un tiers du chiffre d’affaires annuel. Le week-end dernier  un caviste a vu sa fréquentation habituelle passer d’une centaine de clients en moyenne sur un samedi à 19 clients. À cause des blocages, des salariés n’ont pas pu venir travailler, d’autres n’ont pas vendu et ne toucheront pas de commission. Si jamais un nouveau blocage, évoqué, notamment sur les réseaux sociaux, se confirme, des commerçants craignent un report déjà effectif des achats sur internet. 

Sur les 500 enseignes de la zone commerciale, 350 sont des petits commerçants indépendants. Certains avouent qu’un deuxième week-end comme le précédent pourrait altérer la pérennité de leur activité et des emplois, notamment ceux à temps partiel.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess