Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Lactalis : aucune date fixée pour la reprise de la commercialisation du lait infantile fabriqué à Craon

mercredi 18 juillet 2018 à 18:15 Par Germain Treille, France Bleu Mayenne

Le site incriminé dans l'affaire du lait contaminé à la salmonelle est toujours en phase de test.

L'usine Lactalis de Craon, en Mayenne
L'usine Lactalis de Craon, en Mayenne © Radio France

Craon, France

Aucun calendrier n'a été fixé pour permettre à l'entreprise de commercialiser, de nouveau, du lait infantile produit sur ce site. Depuis la fin mai, l'usine a repris partiellement ses activités sous surveillance. Une phase de test après plusieurs mois d'arrêt. Les services de l'Etat, eux, continuent à procéder à des contrôles sanitaires inopinés pour savoir si les bactéries ont été définitivement éliminées. Les résultats des contrôles ne sont pas connus ou plutôt ne sont pas rendus publics. Pas de communication officielle ni de la part des ministères concernés, ni de la Préfecture de la Mayenne, ni de Lactalis.

Une opacité dénoncée par l'association des familles de victimes et par des organisations de défense des consommateurs qui exigent la fermeture de l'usine de Craon où plusieurs centaines de personnes travaillent. "Laisser le groupe commercialiser des produits fabriqués sur ce site serait inacceptable" estiment-elles.

Des centaines de plaintes ont déjà été déposées au Parquet de Paris. Un juge d'instruction devrait être nommé en septembre pour faire la lumière sur cette crise qui a rendu malade officiellement 36 bébés en France et 2 à l'étranger.

Ce mercredi 18 juillet, la commission d'enquête parlementaire a rendu ses conclusions pour qu'un tel scandale ne se reproduise plus : meilleur contrôle des industriels, interlocuteur unique pour les crises sanitaires et révision des procédures de retrait/rappel. 

Le rapporteur de la commission, Grégory Besson-Moreau, député LREM, et le président Christian Hutin, apparenté socialiste, ont souligné qu'ils souhaitaient voir ce rapport aboutir rapidement à une proposition de loi.