Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Lactalis engloutit le parmesan : le principal syndicat agricole italien demande au gouvernement d'intervenir

-
Par , , France Bleu Mayenne, France Bleu

Le groupe agroalimentaire mayennais a signé un accord pour racheter la société Nuova Castelli qui fabrique le parmesan mais aussi la mozzarella et le gorgonzola. Un rachat qui fait grincer des dents en Italie.

Lactalis engloutit du parmesan (Photo d'Illustration)
Lactalis engloutit du parmesan (Photo d'Illustration) © AFP - Miguel Medina

Département Mayenne, France

Le principal syndicat agricole italien est furieux et dénonce une "guerre" des fromages entre la France et l'Italie. Dans un communiqué, l'organisation "Coldiretti" estime que ce rachat par Lactalis "pourrait modifier l'équilibre du marché, mettre en péril la compétitivité du système de production national et ouvrir la voie à la délocalisation, comme cela s'est malheureusement déjà produit avec Parmalat".

La semaine dernière, quand les premières rumeurs ont couru, le ministre italien de l'agriculture avait expliqué vouloir tout faire pour protéger le secteur agroalimentaire du pays de "l'assaut de multinationales étrangères". Un appel à la résistance qui n'a pas vraiment fonctionné, pour l'instant. 

Le montant du rachat de Nuova Castelli par le leader mondial des produits laitiers n'a pas été rendu public mais il pourrait atteindre 270 millions d'euros pour la totalité du capital dont 80 % étaient détenus depuis 2014 par le fonds d'investissement britannique "Charterhouse Capital Partners". Avant même ce rachat, l'industriel mayennais détenait déjà environ un tiers du marché italien de l'industrie laitière.

Sur les réseaux sociaux, l'arrivée du géant laitier mayennais dans la production du parmesan fait réagir. On remarquera notamment cette étonnante illustration, publiée sur twitter, où l'on voit le Président français Emmanuel Macron prendre le dessus sur le ministre de l'Intérieur italien Matteo Salvini lors d'une partie de basket, le ballon remplacé par un fromage.