Économie – Social

Landes : Dominique, expulsée à Mimizan, a reçu le soutien de 200 anonymes

Par Nelly Assénat et Wassila Guittoune, France Bleu Gascogne mercredi 2 novembre 2016 à 10:35

Avec l'argent récolté, Dominique veut louer un logement
Avec l'argent récolté, Dominique veut louer un logement © Maxppp - Maxppp

Lundi 31 octobre, Dominique lançait un appel à l'aide sur France Bleu Gascogne, après avoir passé deux semaines à dormir dans la rue. En 24 heures, plus de 200 soutiens anonymes se sont manifesté et l'ont aidée financièrement

C'est un témoignage qui a beaucoup ému les auditeurs et les internautes de France Bleu Gascogne. Lundi 31 octobre 2016, Dominique, expulsée de son appartement à Mimizan s'est retrouvée à la rue. Elle a dormi dehors pendant deux semaines et racontait ces quinze jours d'errance.

Cette femme d'une quarantaine d'années avait lancé une cagnotte sur Internet sur le site le potcommun.fr.. Elle espérait ainsi recueillir 2000 euros pour louer un studio ou pour récupérer son van, immobilisé à la fourrière.

6400 euros de dons en 48h

En 24 heures, l'article internet de France Bleu Gascogne sur son histoire a été partagé plus de 1000 fois sur Facebook. Les internautes ont aussi participé financièrement puisque la cagnotte affiche plus de 6 400 euros ce mercredi 2 novembre à 10h. 217 participants ont donné entre cinq et cent euros, peut-être davantage puisque certains donateurs ont préféré rester anonyme et/ou ne pas afficher le montant leur don.

Dominique a aussi reçu plusieurs propositions d'hébergement.

Ca fait du bien de voir autant d'humanité—Dominique, très émue

Face à cet élan de solidarité, elle réagit avec émotion : "Sincèrement merci, ça fait du bien de voir autant d'humanité avec tout ce qui s'est passé (...) J'avais peur des commentaires durs, je craignais d'être jugée. Finalement ça montre une belle part de l'humanité, ça fait du bien".

"J'ai pas de mots... je ne veux pas embêter les gens", Dominique

Des propositions d'hébergement

Des gens lui ont envoyé des SMS depuis Capbreton, Hagetmau ou encore Mugron. Dominique raconte : "Une dame de Mimizan n'avait pas d'électricité, mais un toit qu'elle m'offrait".

Aujourd'hui Dominique a récupéré sa voiture. Malgré les propositions de logement qui lui ont été faites, Dominique explique ne pas vouloir "embêter" les gens. "Je ne veux pas abuser non plus". Avec l'argent récolté elle va tenter de trouver un logement à louer.