Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Landes : grosse pénurie de saisonniers dans les cafés, hôtels et restaurants du littoral

mardi 7 août 2018 à 18:21 Par Frédéric Denis, France Bleu Gascogne

C'est du jamais vu lors de la saison estivale dans les Landes selon l'Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie : plusieurs restaurants du littoral sont obligés de fermer un ou deux jours par semaine cette saison, faute de personnel.

Plusieurs restaurants du littoral landais sont obligés de fermer un ou deux jours par semaine cette saison, faute de personnel. Du jamais vu dans les Landes selon l'UMIH
Plusieurs restaurants du littoral landais sont obligés de fermer un ou deux jours par semaine cette saison, faute de personnel. Du jamais vu dans les Landes selon l'UMIH © Maxppp -

Seignosse, France

Le problème semble s'aggraver année après année dans les Landes : alors que nous sommes au coeur de la saison estivale, les cafetiers et les restaurateurs manquent encore de saisonniers. Le problème touche surtout le littoral mais aussi l'intérieur du département selon l'UMIH des Landes.

L'Union des Métiers et des Industries de l'Hôtellerie explique que, pour la première fois cette saison, plusieurs établissements sont contraints de fermer un ou deux jours par semaine, faute de personnel.

C'est notamment le cas à "la table de Florence" à Seignosse le Penon.  La propriétaire du restaurant, Florence Lartigue, doit fermer le dimanche et le lundi alors que depuis qu'elle a acheté l'établissement en 2000, elle a toujours tourné sept jours sur sept. Il manque quatre employés à Florence Lartigue : une personne en service, une personne à la plonge et deux en cuisine. 

"Cette année, c'est la galère : on ne trouve pas de personnel ou alors ils viennent, signent un contrat, restent une semaine et s'en vont ! Quand ils décident de partir, ils partent" Florence Lartigue, restauratrice à Seignosse-le-Penon.

Florence Lartigue a pu retrouver un plongeur, mais personne en cuisine. Michèle, sa grand-mère, 81 ans, s'y colle dès 8 heures 30 le matin. Le mari de la restauratrice vient aussi donner un coup de main. Malgré l'affluence estivale sur Seignosse, outre deux jours de fermeture, le restaurant "La table de Florence" refuse beaucoup de clients et perd du chiffre d'affaire : le prix à payer se désole Florence Lartigue pour pouvoir assurer sans renier sur la qualité.

Pourquoi une telle désaffection ?

Parmi les causes avancées pour expliquer cette désaffection, les professionnels pointent souvent le manque de motivation des saisonniers : beaucoup cessent le travail après quelques jours seulement de travail expliquent-ils.

Les saisonniers mettent souvent en avant le coût prohibitif du logement sur le littoral landais , 400€ la semaine par exemple sur Seignosse en haute saison, alors que le smic hôtelier à 1 648,12 euros bruts pour un montant net de 1 290 euros. 

Frédéric Denis a rencontré saisonniers et professionnels de l'hôtellerie et de la restauration pour tenter de comprendre les raisons de la pénurie de saisonniers cette saison dans les Landes

Près de 900 offres d'emplois disponibles dans les Landes

En ce mardi 7 août 2018, Pôle Emploi recense 888 postes disponibles de cuisiniers, commis de cuisine, plongeurs et serveurs dans les Landes essentiellement sur le littoral, pour 193 demandeurs d'emploi dans ces métiers. 

La direction de Pôle Emploi dans les Landes explique que les chômeurs n'ont pas forcément les moyens de se payer un hébergement sur le littoral landais ou d'aller sur place tous les jours. Elle explique aussi que les contrats ne sont pas forcément assez long et que les inscrits n'ont pas forcément la qualification nécessaire pour exercer les métiers en tension.