Économie – Social

Landes : le pdg de la polyclinique d'Aire sur l'Adour assigne le syndicat Sud en Justice

Par Frédéric Denis, France Bleu Gascogne jeudi 29 octobre 2015 à 17:57

La polyclinique d'Aire sur l'Adour
La polyclinique d'Aire sur l'Adour © Radio France - Frédéric Denis

Le patron de la polyclinique d'Aire sur l'Adour a réuni un comité d'entreprise extraordinaire. Pas de dépôt de bilan en vue pour l'heure. Philippe Libier a officialisé qu'il contestait le droit d'opposition du syndicat Sud au projet de reprise de son établissement par le groupe Clinifutur

Le patron de la polyclinique d'Aire sur l'Adour n'a pas déposé le bilan ce jeudi au tribunal de commerce de Mont-de-Marsan à l'issue d'un comité d'entreprise extraordinaire convoqué à 11h30.  Il s'est rendu au tribunal de commerce de Mont-de-Marsan pour faire un point de la situation.

L'activité de la polyclinique d'Aire-sur-l'Adour permet de dégager encore de l'argent. Philippe Libier a assuré aux syndicats que les salaires d'octobre seraient bien versés le 5 novembre.  

Le pdg de la polyclinique d'Aire-sur-l'Adour a officialisé qu'il contestait le droit d'opposition du syndicat Sud au projet de reprise de son établissement par le groupe réunionnais Clinifutur.

Philippe Libier estime que ce droit d'opposition du syndicat Sud à la reprise de la polyclinique d'Aire sur l'Adour par Clinifutur n'est pas juridiquement fondé. Parmi les arguments avancés : Sud ne serait plus majoritaire dans l'entreprise vu les résultats du vote organisé le 22 octobre dernier par ses soins. Il estimerait aussi que la position du syndicat Sud n'est pas motivée. 

Philippe Libier avance aussi deux arguments de forme, notamment que le droit d'opposition n'a pas été envoyé au représentant de la CGT à la bonne adresse.

Le pdg de la polyclinique d'Aire-sur-l'Adour demande donc au tribunal de grande instance de Mont de Marsan de trancher. Le syndicat Sud est assigné devant le TGI mardi prochain, le 3 novembre, à 14h.

Si le juge du tribunal de grande instance de Mont-de-Marsan, donne raison à Philippe Libier, le projet de reprise, validé par la CGT mi-octobre, pourra s'appliquer. Clinifutur pourra reprendre la polyclinique aturine. Les salariés perdront leur treizième mois et verront leur salaire baisser de 2% pendant un an.

Même si le groupe réunionnais a déjà annoncé qu'il jettait l'éponge, car il n'emportait pas l'adhésion d'une large majorité du personnel de la polyclinique d'Aire-sur-l'Adour,  la une décision judiciaire favorable pourrait infléchir sa position.

C'est une démarche désespérée d'un pdg aux abois 

— Muriel Darrieutort déléguée syndicale SUD à la polyclinique d'Aire-sur-l'Adour

Le syndicat Sud est confiant. Muriel Darrieutort, déléguée syndicale Sud à la polyclinique explique que son organisation s'attendait plus ou moins à cette assignation. Mais Sud est serein, "notre dossier est béton" dit-elle.

"Nous sommes sereins, notre dossier est béton" Muriel Darrieutort déléguée SUD

Si le tribunal de grande instance de Mont-de-Marsan donne raison au patron de la polyclinique d'Aire-sur-l'Adour, le syndicat Sud pourra faire appel de la décision. Et puis rien ne dit que le repreneur potentiel Clinifutur acceptera de revenir. 

Philippe Libier doit partir et le plus tôt sera le mieux 

— Gilles Saran, délégué CGT à la polyclinique d'Aire-sur-l'Adour

Le délégué CGT de la polyclinique d'Aire-sur-l'Adour estime que l'assignation du syndicat Sud ne débouchera surement sur rien. Gilles Saran demande désormais le départ du pdg de l'établissement. Selon lui, Philippe Libier a perdu la confiance d'une large partie du personnel de la polyclinique.

"Il doit partir" Gilles Saran délégué CGT à la polyclinique

Peut-être un nouveau repreneur sur les rangs

Philippe Libier rencontrera lundi un avocat lyonnais à Lyon. Il lui présentera un projet de reprise pour la polyclinique les chênes. Cet avocat joue les intermédiaires pour Claude Bernard. Cet ancien DRH de la Compagnie Stéphanoise de Sante, qui possédait la polyclinique des chênes de 2009 à 2011, a donc peut-être trouvé une ou plusieurs personnes intéressées pour reprendre la polyclinique. Pas plus de précision pour l'instant. L'homme a envoyé un SMS pendant la consultation des salariés la semaine dernière. 

Le patron de la polyclinique les chênes d'Aire-sur-l'Adour se rend donc pour voir s'il s'agit d'une vraie piste ou pas : comprendre qui est le repreneur et quelle est sa capacité financière, s'il a les reins aussi solides que le groupe Clinifutur qui proposait d'investir 10 millions d'euros à Aire-sur-l'Adour avant de jeter l'éponge.

Philippe Libier va rencontrer un nouveau potentiel repreneur

Claude Bernard, ancien DRH de la polyclinique d'Aire-sur-l'Adour, licencié en 2011 n'a pas laissé que des bons souvenirs sur place. Selon le délégué CGT, il avait notamment supprimé certains accords d'entreprise comme le maintien de salaire pendant les arrêts maladie.