Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Landes : logement, nourriture, les vacances coûtent-elles trop cher sur la côte sud ?

-
Par , France Bleu Gascogne, France Bleu

Les vacances coûtent-elles trop cher sur la côte landaise ? Vous nous avez inspiré cette question après la publication d'un article sur le bilan touristique morose du mois de juillet pour les professionnels. Selon vos commentaires sur notre page Facebook, c'est à cause des prix. On est allé voir.

Une boisson et un sandwich à Vieux Boucau : 6 euros 50
Une boisson et un sandwich à Vieux Boucau : 6 euros 50 © Radio France - Paul Ferrier

Département Landes, France

Les vacances coûtent-elles trop cher sur la côte landaise ? Une question que vous nous avez inspirée. La semaine dernière, France Bleu Gascogne a réalisé un sujet sur les professionnels du tourisme pas vraiment contents du mois de juillet. Ils n'avaient pas eu assez de vacanciers sur la côte. Et cet article vous a fait réagir sur les réseaux sociaux. Pour beaucoup d'entre vous, ce mauvais mois de juillet pour les professionnels du tourisme a une explication : les tarifs pratiqués sur la côte. Trop chers.

Dormir

Capture d'écan - Radio France
Capture d'écan © Radio France - DR

Faut-il vraiment débourser 1000 euros la semaine pour dormir dans un mobil-home sur la côte ?

Cela dépend du camping et de ses prestations. Dans ce camping 4 étoiles de Seignosse, avec piscine, grands toboggans, terrains de tennis  : "Là, cela nous coûte 3800 euros pour quatre semaines", raconte une première touriste en direction de la plage, à la sortie de son camping. Elle dort dans un mobil-home.  "On économise toute l'année, on évite les restos, on évite les sorties". 

Une Auvergnate, son mari et ses deux enfants s'arrêtent sur leur vélos. Ils sont en vacances pour deux semaines et payent 2300 euros pour la quinzaine. "Je suis kinésithérapeute et mon mari dans la téléphonie, on en gagne 6000 par mois" répond la mère de famille quand on lui demande comment ils se payent ces vacances. Leurs seules vacances de l'année. 

La famille a choisi le camping et estime payer le juste prix en raison des prestations. "C'est plus cher qu'un appartement, mais toutes les activités proposées dans les campings, on ne les a pas dans les appartements." 

Deux offres pour des mobil home dans des campings du Sud des Landes - Radio France
Deux offres pour des mobil home dans des campings du Sud des Landes © Radio France - Capture d'écran

C'est le même prix, voire un peu plus cher, qu'un appartement au pied des pistes dans les Pyrénées en pleine saison. Mais est-ce le juste prix ? 

A Vieux-Boucau, au camping municipal, il n'y pas de piscine, pas de restaurant, pas de terrain de tennis. Il y a beaucoup de tentes et quelques mobil-homes. C'est un peu moins de 700 euros la semaine au mois d'août.  "Je pense qu'on est soumis à un petit phénomène. Avec les gilets jaunes et ce pouvoir d'achat qui inquiète les Français. Mais par exemple, cela fait deux ans que je n'ai pas augmenté mes tarifs.", explique le directeur du camping,  qui comprend que les internautes remettent en cause les prix. Mais Hervé Labarthe comprend également les tarifs plus élevés de ses concurrents. 

Moi ici, camping municipal où je n'ai pas de commerces, où je n'ai pas d'animations, pas de piscine, c'est vrai que j'ai moins d'employés, moins d'investissements, moins d'emprunts. Donc je peux me permettre de garder ces prix-là.  Mais les gros campings, je pense, sont pleins. Si les clients viennent, sont présents, pourquoi baisser les prix ? C'est l'offre et la demande.

En août, effectivement, beaucoup de campings affichent quasi complet sur la côte sud.  Pourtant, c'est plus cher en août qu'en juillet. D'ailleurs aujourd'hui, avec internet et les centrales de réservation, les hôteliers peuvent observer la demande et adapter leurs tarifs jour par jour.   

Manger

Commentaire sur la page Facebook de France Bleu Gascogne - Radio France
Commentaire sur la page Facebook de France Bleu Gascogne © Radio France - Capture d'écran

Pour vérifier si la nourriture est trop chère, nous nous sommes livrés à une petite expérience qui n'a rien de scientifique mais qui est parlante. Aller s'acheter un casse-croûte dans deux supermarchés, de la même enseigne, de taille similaire. L'un est sur la côte sud, l'autre à l'intérieur des terres. Seul 30 kilomètres les séparent. Dans le panier, nous avons mis les mêmes produits, mêmes marques. Des tomates, du thon et des chips.

En haut Saint-Paul-lès-Dax, en bas Soorts-Hossegor.  - Radio France
En haut Saint-Paul-lès-Dax, en bas Soorts-Hossegor. © Radio France - PF

Bilan : les mêmes tomates sont 30 centimes plus chères au kilo sur la côte. Le thon est 54 centimes plus cher au kilo sur le littoral. Et il y a 23 centimes de différence au kilo pour les chips. Sur le parking du supermarché de la côte, les clients qui ramènent leur caddie de course à leur voiture apprécient moyennement ces différences de prix. "Cela paraît aberrant, ce n'est pas logique", s'agace une première vacancière de Haute-Savoie. "Il ne devrait pas y avoir de différence, mais après, est-ce que c'est un supermarché qui marche toute l'année ici ? ", tente de comprendre une autre touriste. "On profite des vacanciers sur la côte. J'ai été un peu étonnée du peu d'articles que j'ai pris et du montant que j'ai payé", conclu une dernière. 

Et dans les restaurants de la côte ?  Là aussi vous les accusez sur Facebook de pratiquer des tarifs abusifs. Le représentant du syndicat de l’hôtellerie restauration dans les Landes, l'UMIH, tient un restaurant à Vieux-Boucau. Une petite saladerie, avec son épouse aux fourneaux. Didier Antoine n'a pas sa langue dans sa poche et n'est pas tendre avec ses confrères : "Oui, je pense qu'il y a de l'abus. Quand vous voyez un café à 1 euros 80 ... Moi je le fais à 1 euros 20 et j'ai quand même du bénéfice. Donc 1 euros 80, pour moi, ce n'est pas justifiable.

Le restaurateur évoque aussi le prix du pain dans une boulangerie proche de son établissement où la baguette est vendue 1 euros 30 voire 1 euro 60.  "Cela veut dire que l'on devient aussi cher que la montagne. Il faudrait que les gens se modèrent un petit peu".  Après, si on cherche bien, il reste quand même de belles adresses abordables même sur la côte. Suffit de les connaitre.