Économie – Social

Landes : une marée humaine à Linxe en soutien aux salariés de l'entreprise Darbo

Par Jules Brelaz, France Bleu Gascogne samedi 17 septembre 2016 à 18:39

La marche de soutien aux salariés de Darbo samedi a réuni à Linxe entre 450 (selon les gendarmes) et 2.000 personnes (selon Force Ouvrière).
La marche de soutien aux salariés de Darbo samedi a réuni à Linxe entre 450 (selon les gendarmes) et 2.000 personnes (selon Force Ouvrière). © Radio France - Jules Brélaz

Entre 450 et 2.000 personnes ont manifesté samedi à Linxe en signe de solidarité avec les 131 salariés de Darbo, le fabricant de panneaux de bois menacé de dépôt de bilan. Une opération "Ville Morte" qui a vu les commerçants baisser le rideau pour marcher aux côtés des ouvriers.

Ils ont marché dans leur bleu de travail. Les 131 salariés de Darbo ont reçu le soutien samedi de plusieurs centaines de personnes, de leurs enfants, de leurs époux et épouses, des commerçants, des chefs d'entreprises sous-traitantes de Darbo, des élus de la communauté de communes de Côte Nature Landes et de la député des Landes Florence Delaunay. La foule a parcouru sous la pluie le petit kilomètre qui sépare depuis 1925 la place de l'Eglise de Linxe de l'entreprise Darbo.

Je suis très inquiète pour mon papa, ça fait vingt ans qu'il travaille ici et qu'il se casse le dos pour nous (Amélie)

Répondant à l'appel de l'opération "Ville Morte", le Leclerc de Linxe a fermé ses portes entre 11h et midi. Idem pour les entreprise de maçonnerie Cassagne et la société de chaudronnerie Bannos. Frédérique, la patronne de l'hôtel du centre située sur la place de l'église a également fermé boutique en signe de soutien. _"On a tout fermé pour bien montrer qu'on est avec Darbo!" _Avec une dette s'élevant à 12 millions d'euros, le fabricant de panneaux en particules de bois a été placé la semaine dernière en redressement judiciaire, moins d'un an après son rachat par le fond d'investissement allemand Gramax.

Opération Ville Morte à Linxe (40) en soutien aux 131 salariés de Darbo

Opération Ville Morte à Linxe en solidarité aux salariés de Darbo - Radio France
Opération Ville Morte à Linxe en solidarité aux salariés de Darbo © Radio France - Jules Brelaz

 La fermeture de Darbo serait un "séisme, un raz-de-marée" 

Cette démonstration de soutien "met du baume au coeur" explique Guillaume Jimenez, chez Darbo depuis vingt ans. La fermeture de l'entreprise mettrait "une grosse claque à la filière bois". Plusieurs chefs d'entreprises sous-traitantes de Darbo ont participé à la manifestation. Le dépôt de bilan de Darbo serait une "catastrophe" avec "des dégâts collatéraux très importants dans une filière bois qui souffre déjà" déplore l'un d'eux.

"On est dans la rue pour à nouveau défendre cette usine un an après son rachat" (Florence Delaunay)

De nombreux élus étaient présents samedi à Linxe. Des écharpes tricolores de tous les bords politiques. Une "union sacrée" pour Albert Tonneau, le maire de Linxe qui souhaite "faire pression sur ce groupe Gramax, un groupe d'escroquerie organisée". Le groupe allemand avait racheté l'an dernier Darbo avec la promesse d'y investir 11 millions d'euros. Les salariés n'en ont jamais vu la couleur. "On nous a tué à petit feu" dénonce Henry, 27 ans chez Darbo.

Henri, salarié de Darbo depuis 27 ans, ému et en colère après la manifestion à Linxe samedi 17 septembre.

Après être intervenue auprès de Christophe Sirugue, le secrétaire d'Etat à l'Industrie, la députée socialiste des Landes Florence Delaunay s'est engagée samedi à alerter la commission européenne sur les pratiques de ces fonds de retournement. Surtout que Gramax avait bénéficié de subventions publiques. Henri Emmanuelli le député PS et président du conseil départemental des Landes a rappelé la semaine dernière que le département avait octroyé 300.000 euros d'avance remboursable à Gramax.

En attendant la prochaine audience au tribunal de Commerce, les Linxois espèrent qu'un repreneur digne de ce nom se manifeste pour reprendre le flambeau de Darbo.

La marche de solidarité aux 131 salariés de Darbo devant l'usine du groupe à Linxe. - Radio France
La marche de solidarité aux 131 salariés de Darbo devant l'usine du groupe à Linxe. © Radio France - Jules Brelaz