Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Langon : le Passage Gourmand enterré après seulement 18 mois d'existence

jeudi 27 décembre 2018 à 12:22 Par Camille Huppenoire et Ezequiel Fernandez, France Bleu Gironde

La petite halle gourmande de Langon, ouverte il y a un an et demi, va être remplacée par une médiathèque, après une décision du conseil municipal qui provoque des tensions parmi les élus. L'opposition menace d'aller devant le tribunal administratif.

La façade du Passage Gourmand à Langon / Archive
La façade du Passage Gourmand à Langon / Archive © Radio France - Pierre-Marie Gros

Langon, France

La galerie marchande dédiée aux commerces de bouche dans le centre-ville de Langon va bientôt fermer. Des 4 commerces d'origine qui l'occupaient lors de son ouverture, il y a un an et demi, il n'en reste qu'un, un fromager, qui va devoir déménager. Car la majorité du conseil municipal a entériné la mort du Passage Gourmand, il y a dix jours. La mini-halle gourmande devrait être remplacée, en 2020 ou 2021, par une médiathèque. La décision, qui survient moins de deux ans après le début de l'aventure commerciale destinée à dynamiser le centre-ville, est remise en cause par 3 élus d'opposition, qui demandent au maire de faire marche arrière. 

Ce qu'on n'a pas anticipé, c'est une 'escroquerie' - Philippe Plagnol, maire de Langon 

Le maire de Langon, Philippe Plagnol, impute l'échec du Passage Gourmand au gérant d'un restaurant et d'un café en liquidation judiciaire, qui a laissé 40.000 euros d'impayés à la mairie, explique-t-il. "Il n'a quasiment jamais rien payé (...) rien régularisé. Ce qu'on n'a pas anticipé, c'est, entre guillemets, une escroquerie par rapport à ces restaurants. Et on nous reproche, peut-être à juste titre, de n'être pas spécialisés en la matière." 

Philippe Plagnol : "Le principal échec, ça a été l'un des commerçants"

C'est pour éviter à la mairie de Langon, propriétaire des lieux qu'elle louait à ces commerces, la responsabilité d'une galerie marchande, que la majorité s'est prononcée pour un remplacement par une médiathèque. L'équipement sera financé par la Communauté de Communes du Sud-Gironde.

Un gâchis d'argent public pour l'opposition, qui menace d'aller devant le tribunal administratif

C'est un coup dur porté au projet de revitalisation du centre de Langon.  Trois élus d'opposition demandent au maire de revenir sur sa décision et en cas de refus, menacent d'aller devant le tribunal administratif. Didier Sendrès, l'un des trois élus, parle de gâchis d'argent public et d'un projet mal ficelé dès le départ. "Quand vous regardez la surface et que vous décortiquez au mètre carré, c'est démesuré comme loyer." Il ne voit par ailleurs pas l'intérêt d'une médiathèque à Langon : "Une médiathèque on en a tous une, j'en ai une dans la poche, mon portable."

C'est un véritable fiasco - Bérénice Kamoizan, secrétaire des 'Actifs à Langon'

Autres mécontents, les 60 commerçants regroupés dans l'association "Actifs à Langon". Bérénice Kamoizan, qui tient une boutique de prêt-à-porter dans le centre de Langon, en est la secrétaire. Elle regrette la fin d'une aventure commerciale qui avait donné "beaucoup d'espoir" aux magasins du centre-ville, de moins en moins fréquentés. La faute, déclare-t-elle, à la politique de la ville, qui encourage le développement de commerces en périphérie.

Bérénice Kamoizan : "Des projets pas bien élaborés au départ"

Le crémier-fromager Laurent Charron, dernier occupant du Passage Gourmand depuis septembre, analyse l'échec avec lucidité. Pour lui, le Passage Gourmand n'a peut-être pas proposé ce qu'il fallait pour attirer la clientèle. "Est-ce qu'il y a eu la demande, est-ce qu'il y a eu des commerces de qualité ? On entend dire qu'il y avait plein de demandes, mais on n'a pas pu retrouver de boucher, de primeur, de restaurant..." Il va déménager sa boutique au printemps prochain, scellant ainsi la fin du Passage Gourmand de Langon.