Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Lannion : Nokia revoit son plan social à la baisse

Il y aura moins de postes supprimés sur le site de Nokia, à Lannion. Sur les 402 postes menacés, 162 vont être sauvés. C'est la direction du groupe de télécoms finlandais qui l'annonce, ce vendredi. Les syndicats saluent cette avancée, mais ne veulent pas s'en contenter.

5.000 personnes avaient manifesté, le 4 juillet dernier, à Lannion, contre le plan social annoncé par le groupe Nokia.
5.000 personnes avaient manifesté, le 4 juillet dernier, à Lannion, contre le plan social annoncé par le groupe Nokia. © Maxppp - Lionel Le Saux

Nokia va finalement revoir son plan de licenciements à la baisse, notamment sur le site de Lannion, dans les Côtes d'Armor. Le groupe de télécoms l'annonce, ce jeudi, à l’issue d’un CSE avec les représentants des salariés. Sur les 402 postes concernés, 162 vont finalement être maintenus.

La direction de Nokia explique qu'il y a une évolution des besoins, de nouveaux projets dans le domaine de la 5G, et notamment l’ouverture d’un nouveau centre européen de cybersécurité, à Lannion. 112 postes devraient être créés en France, d’ici à la fin 2021, dont 97 basés à Lannion.

"On reste très prudents"

Bernard Trémulot, le délégué CFDT de Nokia, à Lannion ne crie pas victoire pour autant : "La direction nous dit qu'elle va réinvestir sur le site. Cela nous rassure un peu, à court et moyen terme, mais on reste très prudents. Il y a encore beaucoup de travail pour mettre en place ce projet de centre européen de cybersécurité. Ce projet existe depuis plusieurs années déjà."

Quatre mois après l'annonce de ce plan social, les syndicats veulent continuer leur combat. "Si la mobilisation des salariés a contraint la direction à faire « un pas en arrière », les conséquences de ce PSE restent catastrophiques pour les salariés et leurs familles, mais aussi pour la souveraineté numérique de la France", estime le représentant CGT du site.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess