Économie – Social

Landes : à Larbey, on bricole pour moins jeter

Par Emmanuel Grabey, France Bleu Gascogne dimanche 2 juillet 2017 à 12:09

Grâce au matériel et aux bénévoles de la Bricothèque, les débutants font des progrès spectaculaires
Grâce au matériel et aux bénévoles de la Bricothèque, les débutants font des progrès spectaculaires © Radio France - Emmanuel Grabey

Le Bricothèque de Larbey organisait samedi sa première Bricofête. Le but est simple : vous venez avec une question, une demande de conseil, et sur place, un bénévole ou un professionnel vous renseigne ou, mieux, vous montre comment faire.

Plutôt que de jeter le grille-pain au ressort cassé ou la chaise à la peinture qui s'écaille, pourquoi ne pas plutôt apprendre à leur donner un petit coup de neuf ? C'est ce que propose la Bricothèque de Larbey, près de Saint-Sever, ouverte il y a 3 ans, et qui organisait samedi sa première Bricofête.

Un bon moyen de lutter contre l'obsolescence programmée de notre petit électroménager, et de faire des économies, à la fois en évitant de racheter des appareils neufs, et à terme, en faisant baisser notre facture d'ordures ménagères. "Même si les gens sont très volontaires, le tri des déchets ne fait pas beaucoup baisser la facture d'ordures ménagères, explique Bérénice Delpeyrat-Vincent, trésorière de l'association qui gère la Bricothèque. On ressent assez peu les bénéfices économiques du tri, mai si on ne le faisait pas, la facture serait monstrueuse, et elle continuera d'augmenter si on n'entre pas dans une logique de produire mieux".

La clef du succès : y aller par étapes

Pour cela, il faudrait produire des objets que l'on peut réparer : "Pour l'instant, dans notre modèle économique, il est plus intéressant pour les fabriquants que l'on jette, poursuit Bérénice Delpeyrat-Vincent, puisque ce n'est pas eux qui paient la facture, ce sont les citoyens."

Il vaut donc mieux connaître les petits gestes qui permettront de redonner du lustre à un meuble mal en point ou à un mixer un peu défectueux. Pour apprendre ces techniques, Louis, qui travaille à la Bricothèque, a une méthode toute simple : "Il faut bâtir un projet avec le bricoleur débutant, et décomposer les étapes. Il se rend alors compte que ce sont des petits travaux qui ne sont pas compliqués à réaliser, et qui, mis bout à bout, permettent d'arriver au bout de ce projet. Il faut de la curiosité, un esprit détendu, et puis du temps, forcément !"

"J'ai appris à souder, à manipuler tous les outils qui servent à travailler le bois, à faire du ciment, de la chaux, ..." - Betty, trois ans de bricolage au compteur

Une méthode qui a bien fonctionné avec Betty ! Elle vient depuis trois ans à la Bricothèque, et, si au début elle bidouillait vaguement à la maison avec un peu de vernis et de colle à bois, elle sait désormais à peu près tout faire : "Je pourrais pas le faire forcément toute seule, mais j'ai appris à souder, à manipuler tous les outils qui servent à travailler le bois, à faire du ciment, de la chaux,... Bref, tout ce qui permet de faire des petits travaux à la maison."

Un apprentissage qui permet aux bricoleurs amateurs de changer leur regard sur les objets. "Ils ne pensent plus à ce qu'ils vont acheter une fois l'objet jeté, ils pensent maintenant à la manière dont ils vont pouvoir lui donner une nouvelle vie, en lui donnant un coup de neuf et en le customisant."

Plus que les qualités manuelles, ce qu'il faut pour commencer le bricolage, c'est de la curiosité, de la patience et du temps !