Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le groupe basque d'aéronautique Lauak s'implante au Canada

jeudi 30 août 2018 à 18:04 Par Bixente Vrignon, France Bleu Pays Basque

Le groupe basque d'aéronautique a signé un accord avec le canadien Bombardier pour acquérir ses activités de tuyauterie et canalisations. Cette opération pourrait aboutir à une centaine de créations d'emplois, en Europe et en Amérique.

Lauak est chef de file dans le secteur de l'aéronautique
Lauak est chef de file dans le secteur de l'aéronautique © Maxppp -

Hasparren, France

Le groupe Lauak va s'implanter au Canada. Premiers pas en Amérique du Nord pour l'avionneur basque. Lauak est implanté à Ayherre et Hasparren au Pays Basque, mais aussi à l'Isle-Jourdain et au Portugal. 

Aux termes de l'accord avec Bombardier, l'entreprise rachète les activités de tuyauteries et canalisations, le secteur dans lequel elle s'est spécialisée, mais Bombardier conservera ses autres activités. Pour Lauak, c'est la possibilité de conquérir des marchés directement depuis le sol américain, et d'éviter certains droits de douanes. L'entreprise affirme clairement qu'elle veut diversifier sa clientèle sur le continent américain. 

100 créations d'emplois

Le communiqué officiel du groupe parle d'une centaine de création d'emploi, que ce soit en Amérique du Nord ou en Europe. Et les ambitions de Lauak risquent de ne pas s'arrêter là : le groupe veut arriver à doubler son chiffre d'affaires pour dépasser les 300 millions d'euros d'ici cinq ans.