Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Laveyron : la papeterie Emin Leydier rachetée par l'espagnol Saica

vendredi 2 mars 2018 à 4:08 Par Bastien Deceuninck, France Bleu Drôme Ardèche

Emin Leydier, le fabricant de papier et de carton ondulé qui emploie plus de 1000 personnes dont 300 à Laveyron, dans la Drôme, rejoint l'entreprise espagnole Saica, un des leaders européens du secteur.

L'usine Emin Leydier de Laveyron dans le nord Drôme
L'usine Emin Leydier de Laveyron dans le nord Drôme © Radio France - DR

Laveyron, France

Les discussions avaient débuté fin septembre 2017. Elles ont abouti jeudi 1er mars. L'entreprise Emin Leydier, spécialisée dans la fabrication de papier et de carton ondulé, est rachetée par le groupe espagnol Saica, lui aussi spécialiste du papier et du carton. 

Une bonne nouvelle selon Yves Herbaut, le Directeur Général d'Emin Leydier. "Nous rejoignons un groupe industriel qui a le même métier que nous. Il a aussi une politique de développement importante et devrait procéder à des investissements." 

Pour le moment, Saica va mener un "plan d'intégration" pour mieux connaitre l'entreprise et établir un plan d'investissement. Les choses devraient être plus claires d'ici un mois ou deux. Sur le site de Laveyron, des changements pourraient être apportés pour faire des économies d'énergie. 

Ce rachat est aussi une bonne nouvelle pour Stéphane Duranton, le délégué CGT du site de Laveyron. "La papeterie est faite de cycles hauts et de cycles bas. Pour le moment, nous n'avons pas de problèmes de trésorerie, mais on n'aurait peut-être pas pu tenir en cas de coup dur. Faire partie de ce groupe nous permet d'être plus solide". Les syndicats qui gardent tout de même un œil attentif, notamment sur les questions d'emploi.