Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le 14 juillet sans feux d'artifice met en danger un artificier ligérien

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Le ciel ne crépitera pas de milliers de paillettes de couleurs cette année pour le 14 juillet. Des nombreuses communes ont décide d'annuler les festivités à cause du coronavirus. Cela représente des pertes colossales pour l'entreprise ligérienne Pandora Pyrotechnie.

Avec l'annulation des festivités du 14 juillet, l'entreprise Pandora Pyrotechnie perd 80% de son chiffre d'affaires.
Avec l'annulation des festivités du 14 juillet, l'entreprise Pandora Pyrotechnie perd 80% de son chiffre d'affaires. - Passion Pyro

Le coronavirus met un coup d'arrêt aux traditionnelles festivités du 14 juillet. De nombreuses communes ligériennes dont Saint-Etienne ont décidé d'annuler leur feux d'artifice. Un véritable coup dur pour les artificiers : l'été constitue l'essentiel de leur chiffre d'affaire. 

80% de chiffre d'affaires perdu

Alexandre Quéffelec est à la tête de l'entreprise Pandora Pyrotechnie installée à Saint-Jean-la-Vêtre, près de Noirétable. Avec ces annulations, il perd 80% de son chiffre d'affaires. "Là ça devient compliqué. La grosse période estivale juillet - août, aujourd'hui on le sait est complètement compromise. Saint-Chamond, Saint-Just-Saint-Rambert, la commune d'Unieux avec le pont du Pertuiset et bien d'autres ... ça tombe à l'eau. On a entre 60 et 70 événements dont une partie sera peut-être reportée et une partie sera complètement annulée."

On ne pourra pas ternir indéfiniment comme ça.

La situation est telle que l'artificier craint pour l'avenir de son entreprise créée en 2007. Il vit dans la plus grande incertitude : "On vit vraiment au jour le jour, on n'arrive pas à se projeter, à s'organiser, regrouper les achats. On est entre deux à quatre personnes en équipe pour les installations courantes. Là, on n'emploie plus à cause des annulations. On ne pourra pas ternir indéfiniment comme ça." Seul espoir pour Alexandre Quéffelec : le report de certains feux d'artifice au mois de septembre, même s'ils n'auront pas la saveur d'un 14 juillet. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess