Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le baroud d'honneur du personnel de la Compagnies des fromages et Richesmont de Coutances

-
Par , France Bleu Cotentin

Le personnel de la Compagnie des Fromages et Richesmonts devant le site de Ducey ce jeudi. Un baroud d'honneur alors que le CSE se réunit en ce jour symbolique pour le site de Coutances. Il ferme dans quelques jours. Plus de 60 salariés au chômage. Des actions en justice en cours

Le site de la compagnie des fromages à Coutances
Le site de la compagnie des fromages à Coutances © Radio France -

Coutances, France

Une action ce jeudi 27 juin matin dès 7h30 du personnel de la Compagnies des fromages et Richesmont de Coutances  Ils manifestent devant le site du groupe à Ducey où se déroule un CSE central avec les dirigeants du groupe  alors que le site coutançais, qui fabriquait des fromages à pattes molles- va fermer mi - juillet . "c'est de la provocation" estime Julien Rouland, représentant de la CGT, invité de France Bleu Cotentin. "ils vont faire un état des lieux alors qu'on sait très bien que la compagne se porte bien"

Action symbolique mais pas seulement 

Le jour est symbolique à Coutances, les machines vont s'arrêter c'est l'heure de la dernière fabrication. Les derniers salariés partiront le 13 juillet, le site qui a accueilli 86 salariés va fermer. 25 salariés ont accepté d'être reclassés sur d'autres sites du groupe à Vire et à Ducey, les autres ont été licenciés et les départs s'échelonnent depuis la fin janvier. 

Les syndicats attendent aussi des réponses de la justice

Une action en justice devant les prud'hommes pour contester les licenciements économiques et une autre action devant le tribunal de grande instance de Nanterre. Il doit statuer très prochainement sur la clause de non concurrence imposée par le groupe. Mesure "abusive" dénoncée par la CGT. Un véritable blocage pour trouver un éventuel repreneur dit le syndicat. Alors même qu'une grande partie du matériel de production peut rester à disposition. "C'est comme si on vous vendait un aspirateur en vous interdisant de faire le ménage, regrette Julien Rouland. La reprise du site pourrait permettre aux salariés licenciés d'être prioritaires à l'embauche