Économie – Social

Le bel élan de solidarité des habitants de Lombron envers les réfugiés de Calais

Par Julien Jean, France Bleu Maine et France Bleu lundi 12 octobre 2015 à 11:56 Mis à jour le lundi 12 octobre 2015 à 12:29

Les membres de l'association Vivre à Lombron
Les membres de l'association Vivre à Lombron © Radio France - Julien JEAN

Après trois semaines de collecte auprès des habitants, trois membres de l'association Vivre à Lombron, petit village situé à l'Est du Mans, se sont rendus ce week-end dans la jungle de Calais pour apporter une tonne de produits de première nécessité aux réfugiés.

C'est une expérience qui les marquera à vie. Ce week-end, trois habitants de Lombron, petit village situé à l'Est du Mans, sont allés dans la jungle de Calais où vivent dans des conditions déplorables des milliers de réfugiés (entre 3.000 et 5.000). 

C'est pire que les bidonvilles d'Afrique. C'est choquant. On ne croirait pas que cela puisse exister en France.

Fernand Chicault, le président de l'association Vivre à Lombron à l'origine de ce voyage caritatif, est encore bouleversé : "C'est vrai que nous avons été très choqués de voir des dizaines et des dizaines de personnes le long de la route. Il n'y a même plus de tôles mais des bâches plastiques avec de la ficelle et des clous... c'est là dedans qu'ils habitent. Et ils font la queue pour manger, un repas par jour. On ne croirait pas que cela puisse exister en France."

Fernand Chicault, le président de Vivre à Lombron

Aylan, enfant syrien de 3 ans, retrouvé noyé sur une plage de Bodrum, en Turquie - Maxppp
Aylan, enfant syrien de 3 ans, retrouvé noyé sur une plage de Bodrum, en Turquie © Maxppp - DoganNewsAgency

L'opération a été lancée suite à la publication de la photo d'Aylan, ce petit garçon syrien de 3 ans, retrouvé mort noyé sur une plage de Bodrum en Turquie. "On ne voulait pas rester les bras croisés" explique Fernand Chicault qui propose donc aux membres de son association d'organiser une collecte de produits de première nécessité. Le message est diffusé partout dans le village, dans les journaux et sur France Bleu Maine. "On a reçu aussi le soutien de plusieurs enseignes de la grande distribution". Et après 3 semaines de collecte, ces bénévoles de l'association sont partis samedi matin à 6h30, avec une camionnette (mise à disposition par le Secours populaire) pleine à craquer : 1,1 tonne de couvertures, de vêtements, de shampoings, gels-douche et brosses à dents. Des produits de première nécessité qui ont été distribués aux migrants par les équipes de l'association Salam. Au volant de la camionnette, Liliane était très émue.  

Une camionnette pour les réfugiés de la jungle de Calais

On ne s'attendait pas à autant de solidarité. C'est touchant.

La veille, les dons arrivaient encore sur la place de l'église de Lombron où les membres de l'association s'étaient réunis pour charger la camionnette. "Tenez un pantalon mais on a plus de cartons. Et ça continue... c'est super" décrit une bénévole. Un élan de solidarité qui touche énormément le président de Vivre à Lombron.  

Fernand Chicault, le président de Vivre à Lombron

Aujourd'hui, l'association croule sous les couvertures et vêtements. "Nous pensons donc retourner à Calais prochainement" affirme Fernand Chicault qui remercie sincèrement tous ceux qui ont participé à l'opération et qui lance un nouvel appel : "Nous avons besoins de dictionnaires et de chaussures".