Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : La nouvelle éco, comment le coronavirus bouleverse l’économie

Le bilan des agences immobilières Fnaim en station en Savoie Mont Blanc est catastrophique

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

"Une année noire pour une saison blanche", c'est le bilan de l'hiver 2021 des professionnels de l'immobilier de la Fnaim, présents dans les stations de ski. En Savoie et Haute-Savoie, ce syndicat professionnel représente 400 agences.

 Les agences immobilières dans le rouge après un hiver sans ouverture des remontées mécaniques
Les agences immobilières dans le rouge après un hiver sans ouverture des remontées mécaniques - © Val d’Isère Agence

Les responsables des agences Fnaim de Savoie et Haute Savoie tirent tous un bilan catastrophique de cette saison sans remontées mécaniques et sans ski. Ces agences proposent des appartements à la location ou à la vente à la montagne, dans les stations de ski. Les explications de Jean-Jacques Botta, le Président de la Fnaim Savoie-Mont-Blanc.

"Nous sommes abondonnés. Nous n'avons pas d'aide de l'Etat, à part le chômage technique" Jean-Jacques Botta

France Bleu Pays de Savoie : Quel est votre bilan de cet hiver très particulier pour l'activité location ? 

Jean-Jacques Botta : On pressentait une catastrophe, c'est encore pire que ce qu'on a pu imaginer en début de saison. On a une saison blanche, totalement. En moyenne pour la location d'appartement, on a perte de chiffre d'affaires de 80 % par rapport aux années précédentes, sur le secteur location.   

Pourtant il y a eu quelques touristes à Noël et en février, plus que ce à quoi on s'attendait.

Oui, c'est vrai. Mais ce sont principalement les propriétaires qui sont venus à ce moment-là. Pour tenter de maîtriser cette situation ubuesque, nous avons fait des efforts en matière de prix. Nous avons essayé de baisser les tarifs des locations pour attirer d'autres personnes, des personnes qui d'habitude ne viennent pas aux sports d'hiver, mais cela a représenté une part infime des locations. 

Est-ce que le marché de la vente a été plus dynamique ? 

Globalement, avec cette crise, on sent que le marché en montagne et partout loin des grandes villes attire des acheteurs. Mais le problème, c'est qu'il y a très peu d'offre, une pénurie. Donc le nombre de transactions n'est pas à la hauteur de nos attentes. 

Quelles sont vos demandes en matière d'aide de la part de l'Etat ? 

Nous sommes les parents pauvres du tourisme en France. Et même pire, nous sommes abandonnés. Nous sommes exclus des aides liées à la montagne et au tourisme. Comment voulez-vous que nous ne soyons pas en difficulté ? Les agences immobilières locales, celles qui font vivre les stations aussi, envisagent d'arrêter cette activité de location.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess