Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le "Black Day" des infirmières scolaires

-
Par , France Bleu Bourgogne

Les infirmières de l'Éducation nationale, mettent la pression sur leur ministre de tutelle afin qu'il ne ressuscite pas les anciens "services de santé" sous l'autorité d'un médecin coordinateur. En Côte-d'Or elles sont une soixantaine dans les établissements scolaires du département.

Une infirmière scolaire reçoit un élève dans le Nord
Une infirmière scolaire reçoit un élève dans le Nord © Maxppp - PHILIPPE PAUCHET

Dijon - France

Mobilisation nationale pour les 7 600 infirmiers et infirmières de l'Éducation nationale à l'appel du SNICS-FSU, leur principal syndicat. Pas de grèves, ni de manifestations pour l'instant, mais une opération baptisée "Black Day". Ce mardi, un peu partout en France, des congrès extraordinaires et des rencontres avec les recteurs d'académies étaient organisés afin de faire remonter leurs doléances au ministre de l'Éducation. 

Dissous en 1982, ressuscités en 2019?

Ces professionnels redoutent en effet la future loi dite "loi de confiance" dont Jean-Michel Blanquer doit rendre les premiers arbitrages ce vendredi. En clair les infirmières scolaires réclament de meilleures formations, des recrutements et elles redoutent le retour des "services de santé" dissous en 1982 par la représentation nationale. 

"On a besoin de plus d'infirmiers et de meilleures formations"

Saphia Guereschi, infirmière scolaire dans l'Yonne, est aussi secrétaire académique et secrétaire nationale du SNICS-FSU. "On attend de la loi que le ministre retire trois articles qui ont été introduits en catimini par d'anciens médecins de l'éducation nationale et qui recréent un service de santé". Car si ces services de santé revoyaient le jour explique Saphia Guereschi "on servirait d'assistance aux médecins lors de dépistages de masse, nous notre priorité est de répondre aux besoins des élèves". Par ailleurs les infirmières de l'Éducation nationale souhaitent des recrutements : "on a besoin de plus d'infirmiers, on a besoin d'être mieux formés car les attentes des élèves évoluent très vite". 

Saphia Guereschi

Déjà trois manifestations

Les infirmières scolaires ont manifesté à trois reprises ces derniers mois -une fois en 2018 puis deux fois en 2019 les 7 et 22 janvier dernier- elles n'excluent pas de remettre ça si elles ne sont pas entendues ce vendredi. Ces professionnelles de santé sont un peu plus de 200 sur l'ensemble de la Bourgogne et une soixantaine en Côte-d'Or. Elles reçoivent chaque année -selon une évaluation datant de 2011- plus de 15 millions d'élèves au plan national. 

Décryptage de notre journaliste.

Ce mercredi 12 juin 2019 à 6h23 et 7h42 retrouvez nos "Trois Idées Reçues" sur le métier d'infirmiers de l'Éducation nationale. Saphia Guereschi y répondra sur France Bleu Bourgogne (98.3 ou 103.7).

Saphia Guereschi répond à nos "Trois Idées Reçues"