Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie - Social

"Le Black Friday, c'est la surconsommation et des emplois en jeu" pour les commerces indépendants de Limoges

-
Par , France Bleu Limousin

De nombreux sites internet et magasins annoncent de gros rabais pour le Black Friday, né aux Etats-Unis et largement relayé en France. Une tendance à laquelle résistent encore la plupart des commerces indépendants de Limoges. Ils ne peuvent pas - ou ne veulent pas - s'aligner.

Les boutiques qui participent au Black Friday affichent largement la couleur en vitrine.
Les boutiques qui participent au Black Friday affichent largement la couleur en vitrine. © Radio France - Nathalie Col

Limoges, France

Ce vendredi est un "Black Friday" dans de nombreux magasins et sur les sites de vente en ligne ayant repris cette tradition venue des Etats-Unis. A l'origine, l'idée est de proposer des réductions commerciales massives aux Américains, le vendredi suivant Thanksgiving. Un concept qui a progressivement gagné du terrain dans l'hexagone, au point que cette année 62% des français envisagent de faire des achats à cette occasion, selon un sondage BVA. C'est une aubaine pour les magasins affiliés à des chaines, mais un écueil supplémentaire pour les commerçants indépendants. A Limoges, la majorité refuse d'ailleurs de suivre le mouvement.

Le Black Friday, c'est non ! On reste droit dans nos bottes en suivant uniquement les soldes d'été et d'hiver - une commerçante indépendante de Limoges

Les boutiques qui participent au Black Friday affichent largement la couleur dans leurs vitrines, avec des affiches promettant de belles économies. Mais ce n'est pas le cas dans tous les magasins du centre-ville de Limoges. Une résistance qui s'explique autant par des contraintes économiques que par des convictions, comme le souligne Eva Riffaud, de la boutique de vêtements Manhattan. "Ça nous fait rentrer dans une société de surconsommation énorme et au bout d'un moment il y a aussi des emploi en jeu. _Un commerçant indépendant ne peut pas s'en sortir en suivant toutes les promotions actuelles_." 

Un Black Friday qui dure parfois bien plus d'une journée

D'autres commerçants défendent le Black Friday, notamment dans les boutique affiliées à des chaines nationales ou encore chez des franchisés. L'événement dépasse même parfois ce seul vendredi, comme chez Mise au Green, où travaille Frédérique Lacolle. "Chez nous ça dure toute une semaine et ça incite peut-être plus les gens à venir en centre-ville, plutôt que d'acheter dans leur salon, derrière leur ordinateur."  Au-delà de la défense du commerce local face à internet, d'autres enseignes assurent que ça permet aussi de dynamiser un mois de novembre traditionnellement calme

Les clients sont perdus face à la multiplication des périodes de promotion

Quant aux clients, certains en profitent pour entamer leurs achats de Noël. D'autres refusent au contraire de se laisser tenter, comme Véronique en pleine séance de lèche-vitrine. Cette grand-mère évoque même "une overdose, avec sans arrêt des ventes privées, des soldes et maintenant le Black Friday." Et surtout, elle ne s'y retrouve plus dans cette valse des étiquettes face à laquelle elle n'arrive pas à distinguer les vrais rabais, des fausses promesses. Des députés veulent d'ailleurs faire interdire les publicités pour le Black Friday. Un amendement en ce sens sera débattu le 9 décembre, lors de l'examen du projet de loi anti-gaspillage, à l'Assemblée Nationale

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu