Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le California, c'est terminé ! La salle de sport historique d'Amiens est définitivement fermée

jeudi 11 octobre 2018 à 18:50 Par Hajera Mohammad, France Bleu Picardie

La salle de sport Le California, ouverte en 1981 en plein centre-ville d'Amiens, vient de fermer ses portes définitivement. Son ancien gérant pointe du doigt la "concurrence déloyale" des autres salles de fitness qui se multiplient ainsi que les travaux dans la ville.

La California ouvert en 1981 en centre-ville d'Amiens a fermé définitivement le 6 octobre 2018
La California ouvert en 1981 en centre-ville d'Amiens a fermé définitivement le 6 octobre 2018 © Radio France - Hajera Mohammad

Amiens, France

C'était l'une des rares salles de sport indépendantes à Amiens : le California, ouvert en 1981, rue Lavalard dans le centre-ville. L'établissement, en liquidation judiciaire, a définitivement fermé ses portes, le 6 octobre dernier.

Victime de la concurrence...

Patrice Deglicourt, l'ancien gérant du California affirme que le nombre d'adhérents a chuté de moitié ces trois dernières années : _"On est passé de 600 à 300 adhérents environ, à la fin"_, avec un chiffres d'affaires qui a chuté lui aussi de près de 40%. Il met directement en cause, les autres salles de sports celles "qui sont de vraies multinationales" et qui se multiplient ces dernières années dans la ville. "Ce sont des salles en nombre en France et en Europe, comme Basic-Fit et leur budget de communication est déraisonnable par rapport à celui que j'avais", "quand on voit qu'ils sont capables de faire des spots publicitaires sur TF1, là c'est difficile de lutter contre ça". Sans oublier, les tarifs plus bas, dans ces structures. "Les gens achètent avant tout un prix", reconnaît l'ancien patron qui n'hésite pas à parler de "concurrence déloyale".

... et des travaux

L'autre problème qui a pesé dans ces affaires, selon Patrice Deglicourt, ce sont les travaux dans le quartier qui ont "fait fuir les clients", dit-il, surtout le soir. "Les gens ont décidé de ne plus revenir dans le centre-ville, parce qu'il y avait des complications liées aux travaux donc ils vont dans les grandes surfaces à l'extérieur, dans les galeries marchandes et dans les clubs de fitness qui ont compris qu'il fallait s'installer à l'extérieur et pas en centre-ville".

Aujourd'hui, Patrice Deglicourt,  53 ans, propose toujours ses services d'éducateur physique. Il propose aussi un service de relaxation et de méditation à domicile. Il vient d'aménager une pièce de 15 mètres carrés chez lui à Saleux. L'ancien gérant reçoit encore beaucoup de messages de ses anciens abonnés qui regrettent la fin du California. De quoi le consoler un peu.  "J'ai vidé mon porte-feuille mais j'ai rempli mon cœur grâce à tous ces messages".