Économie – Social

Le camp Nicolas Vanier dans le Vercors, c'est terminé

Par Stéphane Milhomme et Marie Chaffard, France Bleu Drôme-Ardèche mardi 24 juin 2014 à 16:17

Le camp de Nicolas Vanier à Vassieux en Vercors, dans la Drôme.
Le camp de Nicolas Vanier à Vassieux en Vercors, dans la Drôme. © maxnewsworld

Le célèbre aventurier avait installé ses chiens et des activités autour de la montagne à Vassieux en Vercors, dans la Drôme. Il évoque avant tout des difficultés financières.

C'est le célèbre aventurier lui-même qui l'annonce aujourd'hui sur son site internet. Le camp Vanier, c'est terminé. Nicolas Vanier avait installé son camp et sa fameuse meute de chiens de traîneaux il y a cinq ans à Vassieux en Vercors, dans la Drôme. Il évoque avant tout des difficultés financières

"Pendant cinq ans, le Camp a offert du rêve à ceux qui nous ont fait l'amitié de venir nous voir, tout en perdant beaucoup d'argent. (...) Le gérant, en accord avec les associés dont je fais partie, a donc pris, la mort dans l’âme, la seule décision qui s’imposait : fermer et déposer le bilan".

"Cette décision douloureuse était inévitable." (Nicolas Vanier)

Cette fermeture est "regrettable " d'après le nouveau maire de Vassieux, car "les retombées économiques sont importantes, le camp a fait connaître la commune et fait travailler les commerces ". Mais Pascal Hoeffler sait aussi que la cohabitation avec l'éleveur voisin était devenue difficile. Serge Gémard a perdu des brebis à cause des attaques de chiens à l'intérieur même de la bergerie.

Vanier / maire

"On avait pas mal de soucis avec ce camp" (le président de l'Association de protection des animaux sauvages)

camp vanier tags routes vercors  - Aucun(e)
camp vanier tags routes vercors
Les détracteurs du camp, eux, se réjouissent de la fermeture du camp. Les chiens faisaient des dégâts aux troupeaux mais aussi à la faune sauvage, d'après l'ASPAS, l'Association pour la protection des animaux sauvages. Elle avait remis en février 2013 un "trophée de plomb" à l'explorateur pour ses actions "anti écologiques".

Camp Vanier / réac ASPAS

En deux ans, 32 brebis ont été tuées et 41 blessées. A cause de ces attaques à répétition, le camp Vanier est sous le coup d'une mise en demeure depuis décembre dernier. Les services de l'Etat visiteront à nouveau le camp début juillet et pourraient décider de sa fermeture administrative.

Nicolas Vanier est injoignable mais il a posté une vidéo sur Facebook . Dans ce court message, il évoque la recherche d'un repreneur "animé de la même passion mais avec un peu plus de sens de la gestion et des affaires ".

La fermeture du camp a été décidée la semaine dernière et elle est déjà effective. Ses gérants cherchent des alternatives pour la centaine de clients qui avait réservé un séjour, dont certains dès ce samedi 28 juin.