Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le candidat à la reprise des Forges et Acieries d'Anor jette l'éponge, l'usine plus que centenaire ferme définitivement

-
Par , France Bleu Nord

Une semaine tout juste avant l'audience au tribunal de commerce, l'industriel du Valenciennois a décidé de jeter l'éponge faute de visibilité sur l'avenir. Il n'y a donc plus d'espoir pour les 68 salariés.

Les salariés entre tristesse et espoir le jour de la liquidation judiciaire (image d'archives)
Les salariés entre tristesse et espoir le jour de la liquidation judiciaire (image d'archives) © Radio France - Rafaela Biry-Vicente

Anor, France

Le projet de reprise de Guy Marit, patron des Forges de Fresnes sur Escaut devait être validé jeudi prochain au tribunal de commerce, mais l'industriel du Valenciennois a préféré jeter l'éponge et ne pas donner de faux espoirs aux 68 salariés. Le candidat à la reprise aurait aimé plus de visibilité et des garanties sur au moins un an avec les clients.

Après 4 ans de redressement judiciaire, l'entreprise plus que centenaire avait été liquidée fin juillet, mais les salariés comptaient beaucoup sur ce projet de reprise, c'est donc un coup de massue pour eux assure Frédéric Bertin, le délégué CFDT de l'entreprise

C'est la stupeur, la désolation de tout le personnel, après un combat très long, très difficile. On sait qu'on a une entreprise qui tient la route, un savoir faire, et tout tombe à l'eau, c'est mort, c'est fini !

Le syndicaliste pense à la reconversion des ouvriers dont la moyenne d'âge est de 51 ans dans un bassin d'emploi sinistré. 

Les salariés ont décidé de continuer à occuper un peu l'usine pour préserver l'outil travail, dont certaines pièces intéresseraient des entreprises.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu