Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le CASL, l'association avignonnaise aux 1.000 adhérents, pourrait fermer

mardi 13 mars 2018 à 6:03 - Mis à jour le mardi 13 mars 2018 à 9:14 Par Aurélie Lagain, France Bleu Vaucluse

Le CASL pourrait fermer dans deux mois. Le Club Avignon sports loisirs - un millier d'adhérents - a perdu 120.000 euros de subventions en trois ans.

boxe (illustration)
boxe (illustration) © Maxppp -

Avignon, France

A Avignon, une association d'un millier d'adhérents pourrait mettre la clef sous la porte.  Le CASL, Club avignon sports loisirs, propose une myriade de sports et d'activités dans les quartiers de la ville :  de la boxe anglaise au water-polo, du futsal à la natation en passant par les bébés nageurs. 

Le CASL intervient dans les écoles pendant les TAP (Temps d'activité périscolaire,) et organise aussi des stages sportifs. Au-delà des simples activités sportives, elle mêle éducation, insertion, mixité, lien social... 

Olivier Derreumaux, le directeur du CASL, affirme que "dans deux mois", l'association pourrait fermer, faute de subventions. Le CASL a perdu 120.000€ de dotations en trois ans, une fonte des subventions qui s'est accélérée ces derniers mois. 

"Paradoxalement, tous les facteurs sont au vert. Personne ne vient contredire le succès et la qualité des activités de la structure" - Olivier Derreumaux, directeur du CASL

Ce serait une catastrophe pour son millier d'adhérents, et pour les milliers d'autres qui profitent des activités et des stages plus épisodiquement.  

Olivier Derreumaux en appelle à ceux qui se sont désengagés, il en appelle à de nouveaux financements de l'Etat, de la ville d'Avignon, de la région... Le CASL estime qu'il faudrait 120 à 150.000 euros pour continuer à vivre.   Et son directeur affirme qu'il maintiendra la pression auprès des financeurs jusqu'au bout.