Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le centre de rénovation TGV à PSA La Janais ferme ses portes

mardi 5 décembre 2017 à 13:02 Par Morgane Heuclin-Reffait, France Bleu Armorique

Le 22 décembre prochain, la dernière rame TGV construite à PSA La Janais quittera le site. La cérémonie de clôture se déroulait ce mardi matin. Les 80 salariés de PSA qui ont travaillé sur le chantier en détachement pendant quatre ans vont pouvoir réintégrer l'entreprise automobile.

Laurent Beaucaire, directeur régional SNCF Mobilités Bretagne, était présent pour la cérémonie de cloture
Laurent Beaucaire, directeur régional SNCF Mobilités Bretagne, était présent pour la cérémonie de cloture © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Rennes, France

"En quatre ans, sur ce site, 75 rames TGV ont été complètement réaménagées intérieurement et 100 rames ont été câblées pour avoir internet à bord des trains ", explique Katia Nowaczyk, directrice du technicentre SNCF de Rennes, installé sur le site de PSA La Janais. Depuis 2014, 80 salariés du constructeur automobile ont bénéficié de cette opération de reclassement, alors que PSA était dans une mauvaise passe, avec un repli d'activité. Un détachement qui devait durer 3 à 5 ans : le chantier en aura finalement duré quatre, afin notamment que les rames de la nouvelle LGV soient prêts pour le 2 juillet.

Pour marquer le coup, une cérémonie de clôture du site s'est déroulée ce mardi matin, avec une opération de levage d'une rame de TGV duplex : c'est 200 tonnes que les équipes et les machines ont soulevé en à peine plus d'une minute.

Un reclassement temporaire pour les salariés de PSA

Pour les salariés venus de PSA, il a fallu apprendre d'autres techniques de travail, encadrés par 20 responsables SNCF. "Les équipes se sont constituées petit à petit, avec trois équipes en trois huit. Cela a permis de former les salariés issus de PSA aux activités réalisées au technicentre SNCF. Il y a eu des périodes de huit semaines de formation avant qu'ils prennent leur poste", explique Katia Nowaczyk. Catherine, qui y travaillait depuis 1982, s'est portée volontaire pour participer à la construction des TGV :

Travailler sur les TGV, ça permet d'avoir de nouvelles compétences, et d'en finir avec le chômage. Vers 2013-2014, ça n'allait pas bien à PSA, on avait un à deux jours de chômage par semaine donc ça devenait aussi compliqué en termes de salaire ! Je n'en retire que du positif !

Elle a fait différentes tâches, du remplacement de moquette au pelliculage des W.C., en passant par le câblage wifi des trains... Tout comme son collègue Stéphane, qui s'est tellement plu dans cette nouvelle activité qu'il a choisi d'intégrer définitivement la SNCF : "j'ai découvert différents métiers et façons de travailler, ça m'a passionné !" s'enthousiasme-t-il.

Son cas est une exception. Les salariés PSA ont quasiment tous retrouvés un poste dans l'entreprise ces dernières semaines, ou s'apprêtent à y revenir. "Grâce à ce partenariat, on a des salariés PSA qui ont évité de subir un licenciement économique en 2013 puisqu'ils étaient détachés à la SNCF, indique Thérèse Joder, directrice de PSA La Janais. On avait une baisse d'activité au moment où la SNCF avait besoin de monde. C'était gagnant-gagnant".