Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social DOSSIER : Grève des taxis à Marseille

Le centre de Marseille bloqué par les taxis en colère

mardi 26 janvier 2016 à 12:43 - Mis à jour le mardi 26 janvier 2016 à 13:47 Par Laurent Grolée, France Bleu Provence

Deux cortèges de chauffeurs de taxis ont manifesté ce mardi matin dans le nord et l'est de Marseille avant de se retrouver dans le centre, place Castellane.

Manifestation de taxis à Marseille
Manifestation de taxis à Marseille © Radio France - Laurent Grolée

Marseille, France

Quelque 600 taxis ont participé ce mardi à Marseille à un nouveau mouvement de manifestation et de colère contre les VTC de la compagnie californienne Uber.

Au petit matin, les chauffeurs avaient rendez-vous à Marseille au MIN des Arnavaux au nord et sur le parking du Géant Casino de la Valentine à l'est. Les deux cortèges ont ensuite convergé vers le boulevard Sakakini en direction de la place Castellane, provoquant dans la matinée des embouteillages monstres sur les autoroutes A7 et A50 ainsi qu'en centre-ville.

D'autres rassemblements ont perturbé la circulation aux abords de l'aéroport Marseille-Provence et de la gare Aix TGV.

Le boulevard Baille bloqué par les taxis  - Radio France
Le boulevard Baille bloqué par les taxis © Radio France - Laurent Grolée

Fin juin 2015 , le gouvernement avait interdit l'application Uber pop, mais depuis, Uber X est apparu sur le marché , avec toujours la même concurrence déloyale dénoncée par les chauffeurs de taxis traditionnels.

Les manifestants dénoncent des pertes de chiffres d'affaire autour de 20% et une tendance qui s'accentue avec des chauffeur "low cost" toujours plus présents à Marseille.

Cette fois les chauffeurs de taxis réclament de véritables engagements pour que la loi soit respectée

reportage france bleu provence