Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le centre-ville de Dax parmi les plus désertés de France : un classement à relativiser

dimanche 5 mars 2017 à 8:35 Par Leila Benjelloun, France Bleu Gascogne

Avec plus de 15% de locaux vides en centre-ville, Dax fait partie des 27 communes françaises les plus touchées par la vacance commerciale. La moyenne nationale s’établit à 10,4 %.

La rue des Carmes à Dax, 2 magasins vides côte-à-côte
La rue des Carmes à Dax, 2 magasins vides côte-à-côte © Radio France - Leila Benjelloun

Dax, France

Selon un rapport publié par l'inspection générale des finances, Dax fait partie des 27 communes françaises les plus touchées par la vacance commerciale. En 2016, plus de 15% de magasins vides ont été recensés en centre-ville. La moyenne nationale s’établit à 10,4 %.Cependant ce chiffre est à relativiser prévient la mairie. « Les villes de la strate de Dax ont, en règle générale, à peu près 200 commerces, il faut savoir que dans le centre Dax, on en a déjà 400 en hyper-centre donc on avait déjà un tissu commerçant qui était beaucoup plus important que dans les villes de la strate de Dax » souligne Axelle Verdière, l’adjointe au maire en charge du commerce, de l’artisanat et du thermalisme. L’élue reconnait cependant que la désertification du centre-ville est une réalité comme dans toutes les villes moyennes en France.

"Ici on est que locataires, on arrive en fin de bail, on a décidé de fermer pour se concentrer sur un seul magasin."

Il suffit, en effet, de se promener pour remarquer ces rideaux baissés, ces devantures avec « à vendre ou à louer », « bail à céder » affichées sur la vitrine. Dans la rue des Carmes, la maroquinerie Bisboris est en pleine opération liquidation totale. Sa gérante possède deux magasins en centre-ville. Elle a décidé de n’en garder qu’un seul pour concentrer son activité et ses ventes. « Nous avons deux magasin sur Dax, le premier est le magasin familial dont on est propriétaire depuis des années. Ici on est que locataire, on arrive en fin de bail donc on a décidé de le fermer. Il y a une baisse de fréquentation, c’est indéniable. Est-ce que ça correspond à la fermeture du Splendid et des Thermes à côté, c’est à se poser la question... » s’interroge la commerçante. Le soutien à la rénovation et la réouverture de l’hôtel Splendid fait justement partie des actions menées par la mairie pour tenter de ramener les Dacquois mais aussi les curistes en centre-ville.

Se démarquer des grandes enseignes pour fidéliser sa clientèle

En continuant la promenade, rue Saint Vincent, l’une des rues les plus passantes du centre-ville, on tombe sur Deelous and co, une petite boutique de vêtements, bijoux et accessoires tenues par Véronique. La jeune femme a ouvert il y a deux ans et déjà elle pense à déménager « Je paye 1800 euros de loyer, je n’y arrive plus. J’aimerai fermer ce magasin pour en rouvrir un, toujours en centre-ville mais rue Neuve, mon loyer serait alors de 500 euros et je pourrai mieux m’en sortir » explique-t-elle. En effet, la commerçante ne veut surtout pas quitter le centre-ville. Pour continuer à faire vivre son magasin, elle compte sur ses produits : des vêtements, bijoux et accessoires au style vintage. Pour elle c’est une façon de se démarquer de la marchandise que l’on trouve dans les grandes enseignes et donc de fidéliser sa clientèle. Depuis la cabine d’essayage, Dany, une cliente rebondit. « Regardez ma jolie petite chemise avec ses cerises rouges, ça je ne le trouverai pas ailleurs. Moi, je continue à faire mon shopping en centre-ville. Le centre commercial là-bas, non merci ! C’est eux qui nous ont plombé Dax donc je n’ai pas envie d’aller les voir » confie cette Dacquoise qui ne reconnait plus le centre-ville qu’elle arpentait il y a 23 ans quand elle a emménagé dans la Cité thermale.

Lutter contre la désertification du centre-ville

Pour lutter contre la désertification du centre-ville dacquois. La mairie mène plusieurs actions. Un manager de centre-ville a été nommé. Il est en lien direct avec les commerçants. Ensemble ils organisent différentes actions : braderie, manifestation, opération spéciale.

La Ville veut aussi convaincre les automobilistes que c’est possible de venir en centre-ville. Des navettes gratuites ont été mises en place en périphérie afin de permettre aux clients de pouvoir garer leur voiture et accéder au centre-ville gratuitement.

Taxer les friches comerciales

Enfin, pour lutter contre la vacance commerciale, depuis l’an dernier, Dax taxe les friches commerciales. Les propriétaires dont les locaux sont inoccupés depuis deux ans payent désormais un impôt. Un recensement a été effectué, une quinzaine de cellules ont été signalées.