Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Le chantier hors norme du phare de Cordouan

Par

Le phare du XVIIe siècle, situé dans l'estuaire de la Gironde, est en travaux depuis 2013. Il entre dans une nouvelle phase avec la restauration des pierres extérieures sur la partie basse du phare. Le but du chantier qui court jusqu'en 2021 : inscrire Cordouan au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Le phare de Cordouan, à marée basse.
Le phare de Cordouan, à marée basse. © Radio France - Adrien Bossard

En plein milieu de la mer, dans l'estuaire de la Gironde, le phare de Cordouan veille sur les pêcheurs depuis 1611. Classé monument historique, il fait l'objet d'un plan de restauration 2013-2021, comme c'est d'usage au moins une fois par siècle.

Publicité
Logo France Bleu

La campagne des travaux, qui se passe en hiver uniquement, entame une deuxième phase : la restauration des pierres extérieures sur la partie basse, après l'étanchéification de la toiture. Pour le moment, un quart des pierres est posé.

Le calendrier des travaux

  • 2013-2015 : étanchéification de la toiture du bâtiment annulaire
  • 2015-2017 : restauration extérieure de la partie basse du fût Renaissance (faces Sud et Est)
  • 2017-2019 : restauration extérieure de la partie basse du fût Renaissance (faces Nord et Ouest)
  • 2019-2021 : restauration de la chapelle et du vestibule du fût
L'échafaudage, installé sur la partie sud du phare. © Radio France - Adrien Bossard

Des allers-retours en bateau et hélicoptère

Pour acheminer le matériel, les 50 tonnes de pierres et l'échafaudage, tout se fait en bateau ou en hélicoptère. "Cela demande une sacrée organisation. Pour éviter des allers-retours initules, on prépare une liste de ce qu'on a besoin pour chaque jour, ce qui donne en moyenne 120 rotations de bateau ou d'hélicoptère d'octobre à avril", explique Michel Goutal, l'architecte en chef des monuments historiques.

L'une des sculptures restaurées par les ouvriers. © Radio France - Adrien Bossard

Les 7 ouvriers qui travaillent sur le site, tailleurs de pierre, menuisiers ou sculpteurs,  dorment tous sur place, à l'intérieur du phare. On leur aménage des chambres de fortune, des petites cabanes individuelles en bois de 6 mètres carrés. "On a des conditions de travail parfois extrêmes, confie Bruno Savin, l'un des tailleurs de pierre. Cet hiver, il a beaucoup plu et venté, du coup, on voyait souvent les vagues passés au-dessus de la couronne du phare." Et dans ces conditions, le chantier doit être stoppé. C'est arrivé pendant dix jours de suite, ce qui a occasionné un léger retard dans le calendrier.

"Cordouan est notre emblème, le plus beau des phares, il serait anormal qu'il ne rentre pas à l'UNESCO", Jacky Quesson, président du SMIDDEST

Le but, à terme, de cette restauration : inscrire Cordouan au patrimoine mondial de l'UNESCO. "C'est notre priorité, assure Jacky Quesson, le président du SMIDDEST (Syndicat mixte pour le développement durable de l’estuaire), le syndicat qui gère le phare. Cordouan est notre emblème, le plus beau des phares, il serait anormal qu'il ne rentre pas à l'UNESCO". La candidature est lancée depuis l'an dernier. Le dossier est en train d'être monté. Un comité l'étudiera ensuite, en trois étapes, et pourra le proposer à l'UNESCO, sachant que la France ne peut présenter qu'un dossier par an. Réponse pour Cordouan à l'horizon 2019-2020.

L'objectif, pour les collectivités locales, développer l'attractivité de l'estuaire de la Gironde, et permettre de récolter des fonds grâce à l'UNESCO. Il faut dire que le chantier est coûteux : 5,6 millions d'euros. Il est financé pour moitié par les collectivités locales, les départements de Charente-Maritime et de Gironde, ainsi que la grande région. L'autre partie est à la charge de l’État.

Les visites reprennent

Le chantier est momentanément interrompu pour laisser place à la saison touristique. Les visites reprennent ce samedi 9 avril. Les départs s'effectuent en bateau de Royan, en Charente-Maritime, ou de Verdon-sur-Mer, en Gironde. L'an passé, le phare de Cordouan avait attiré 20.000 touristes.

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

L'info en continu

Publicité
Logo France Bleu