Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le chantier naval Socarénam a-t-il un avenir à Boulogne-sur-mer ?

vendredi 18 mai 2018 à 7:37 Par Matthieu Darriet, France Bleu Nord

En plus de la pêche, la construction navale est une activité historique à Boulogne. L’entreprise Socarénam, qui fait travailler plus de 250 personnes dans le port, a besoin de place pour se développer, avec des navires plus gros. Et ça devient très compliqué, face aux projets dans le tourisme.

A Boulogne, le chantier naval Socarénam a besoin de place pour grandir dans le port, faute de quoi l'activité partira à Saint-Malo.
A Boulogne, le chantier naval Socarénam a besoin de place pour grandir dans le port, faute de quoi l'activité partira à Saint-Malo. © Radio France - Matthieu Darriet

Boulogne-sur-Mer, France

L’entreprise Socarénam est inquiète. Le carnet de commandes du chantier naval boulonnais (également implanté à Etaples et à Calais) est plein. Il y a des chalutiers, des navires pour les pompiers de Marseille et vedettes pour les armées françaises et belges. Mais ça coince pour assurer l’avenir du site, raconte Philippe Gobert le patron de Socarenam : 

La cale, à  l'intérieur de nos locaux, qui nous suffisait, il y a vingt ans, nous permet de fabriquer des bateaux de 54 m maximum. Et aujourd'hui, elle est pleine pour deux ans. 

La cale actuelle de Socarénam ne peut accueillir que des bateaux de 54 m maximum, alors que l'avenir est aux navires de 80 à 90 m. - Radio France
La cale actuelle de Socarénam ne peut accueillir que des bateaux de 54 m maximum, alors que l'avenir est aux navires de 80 à 90 m. © Radio France - Matthieu Darriet

"Cela nous pénalise en terme de coûts, poursuit Philippe Gobert. Car nous faisons venir les coques depuis notre site de Saint-Malo, avec des dépenses de remorquage, d’assèchement des bateaux pour des travaux de peinture, et des travaux d'armement à l'extérieur qui sont soumis aux conditions climatiques." 

Investir dans une cale de 100 m

L’entreprise demande donc un investissement public, à la Région, propriétaire du port. Il faudrait 14 millions d’euros pour créer une cale abritée de 100 m de long. Mais Socarenam paierait des loyers pour l’utiliser. 

Si on avait une cale qui permette de faire des navires jusqu'à 90 m, ce serait un potentiel énorme de création d'emplois. Mais il faut avoir une volonté politique. Philippe Gobert.

Philippe Gobert, patron de Socarénam : "si on avait une cale abritée de 90 m de long, ce serait un énorme potentiel de création d'emplois". - Radio France
Philippe Gobert, patron de Socarénam : "si on avait une cale abritée de 90 m de long, ce serait un énorme potentiel de création d'emplois". © Radio France - Matthieu Darriet

Aujourd'hui patron et salariés de Socarénam craignent que l’avenir du port ne se dessine qu’à travers la plaisance, la salle de spectacles et la thalassothérapie, qui sont en projet