Économie – Social

Le Château Bleu évolue mais reste à Arles-sur-Tech

Par Marie Rouarch, France Bleu Roussillon mercredi 23 avril 2014 à 19:05

C'est une excellente nouvelle pour Arles-sur-Tech : le Château Bleu ne fermera pas ses portes malgré le transfert de ses 40 lits actuels vers Perpignan. L'établissement accueillera une nouvelle unité de 60 lits de soins de longue durée, sans doute à l'horizon 2016. Quarante emplois sont donc préservés sur la commune.

Le ouf de soulagement du maire d'Arles-sur-Tech : le Château Bleu et ses quarante emplois ne vont pas disparaître du paysage du Haut-Vallespir. Les 40 lits actuels, des lits de soins de suite et de réadaptation (SSR), sont transférés à Perpignan, au même titre que les lits des centres héliomarins de Banyuls-sur-Mer et Bouffard-Vercelli de Cerbère. Mais une solution compensatoire a d'ores et déjà été validée par l'Agence régionale de la Santé (ARS), par un courrier reçu le 27 mars : le Château Bleu accueillera, sans doute à l'horizon 2016, 60 lits d'une nouvelle unité de soins de longue durée (USLD), installée dans des locaux flambants neufs. C'est l'aboutissement d'un long combat pour le maire d'Arles-sur-Tech, René Bantoure.

Château bleu - son

Le projet médical et immobilier était prêt depuis quelques temps déjà. Il ne manquait plus que ce feu vert de l'Agence régionale de la Santé pour lancer les travaux du nouveau bâtiment. La nouvelle unité devrait même permettre de créer rapidement une quinzaine d'emplois supplémentaires à Arles-sur-Tech.L'avenir de la structure arlésienne est donc scellé, quand, à Cerbère et Banyuls, les salariés des centres Bouffard-Vercelli et héliomarin se battent encore contre le transfert. Le Château Bleu n'a d'ailleurs pas participé aux différentes manifestations organisées sur la Côte Vermeille et pour cause, son projet compensatoire était déjà bien engagé. Malheureusement, à l'heure actuelle, aucun projet de compensation abouti n'a été présenté pour les sites de Banyuls et de Cerbère.Partager

Château bleu - enro

Partager sur :