Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le Cheylard : l'usine Tesca va fermer, 50 emplois menacés

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

La nouvelle est tombée fin septembre. Le site de l'entreprise Tesca au Cheylard (Ardèche) devrait fermer à la fin de l'année. 50 emplois sont menacés. La CGT parle d'une trahison.

L'entreprise Tesca va fermer ses portes au Cheylard d'ici la fin de l'année
L'entreprise Tesca va fermer ses portes au Cheylard d'ici la fin de l'année - Tesca

Le Cheylard, France

Ils se sentent trahis. Les cinquante employés du site du Cheylard de l'entreprise Tresca vont perdre leur emploi d'ici la fin de l'année alerte la CGT. Le site va fermer. Ce vendredi matin, une première réunion entre la direction et les syndicats a lieu pour débuter les négociations autour de ce plan social.

Pourtant, Tresca avait fait une promesse : maintenir de l'activité au Cheylard explique la CGT. "En fin d'année dernière, la direction nous a annoncé qu'elle délocalisait notre production à l'étranger, dans d'autres usines. Mais en contre-partie, elle implantait un site de recherche et développement au Cheylard, détaille Yvan Reynaud, le délégué syndical CGT. Même si ce n'est pas rentable tout de suite, le groupe nous a dit qu'il soutiendrait financièrement le site."

Laisser dépérir l'usine

Fin septembre, l'entreprise a annoncé la fermeture du site. La CGT estime que la direction a fait dépérir l'usine en délocalisant sa production et en augmentant les prix pour les sous-traitants. "En 2016, nous avons réalisé 500 000 euros de bénéfices. L'année 2017, on était à l'équilibre. En 2018, on a réalisé 300 000 euros de bénéfices. Le site se portait bien", raconte Yvan Reynaud. 

C'est le deuxième plan social que connaissent les salariés en trois ans. En 2016, l'usine du Cheylard appartenait à Chomarat avant d'être vendue à Tesca. Les salariés souhaiteraient donc être réintégrés dans leur ancienne entreprise. "On est toujours très connectés à Chomarat par des contrats de maitenance, nous sommes dans les mêmes locaux. Les machines sont encore là", conclut Yvan Reynaud.

Contactée, la direction de l'entreprise n'a pas encore répondu à nos sollicitations.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu