Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Chinois BYD investit 10 millions d'euros à Allonne dans l'Oise pour assembler des bus électriques

-
Par , France Bleu Picardie
Allonne, France

Le Chinois BYD s'installe à Allonne près de Beauvais. Il va investir 10 millions d'euros sur cette commune de l'Oise pour construire une usine de fabrication de bus électriques. Le contrat de pré-implantation a été signé ce jeudi à l'Hôtel de ville de Beauvais.

Modèle de bus électrique du Chinois BYD
Modèle de bus électrique du Chinois BYD - BYD

Le constructeur chinois de véhicules électriques BYD, dont le milliardaire américain Warren Buffet est actionnaire, va investir dix millions d'euros sur la commune d'Allonne dans l'Oise pour la construction d'une usine de bus électriques, a annoncé le groupe ce jeudi. La production devrait démarrer au premier semestre 2018 et impliquerait, dans un premier temps, la création d'au moins 100 emplois.

L'objectif serait d'assembler jusqu'à 200 véhicules par an : des autobus et autocars à pont unique. Outre l'assemblage des bus, BYD prévoit la mise en place d'un service après-vente d'entretien et de réparation, ainsi qu'un centre logistique pour les pièces détachées. A plus long terme, un centre d'essai pour les tests de batteries pourrait voir le jour, précise la région.

BYD voulait être près de Paris

Le groupe chinois a visité plusieurs sites en France avant de choisir celui d'Allonne. "La raison numéro un de ce choix", explique Isbrand Ho, le directeur Europe de BYD, "c'est l'endroit. Nous devions êtres proches de Paris puisque c'est le marché le plus important".

Les Chinois assurent avoir également apprécié la présence, en nombre, d'industries dans le Beauvaisis. "Nous avons besoin de personnes de qualité et je sais qu'il y en a ici dans toutes ces industries. Je souhaite que nous nous inspirions de tous ces talents" ajoute Isbrand Ho.

Isbrand Ho, directeur Europe de BYD, venu signer le contrat de pré implantation à Beauvais
Isbrand Ho, directeur Europe de BYD, venu signer le contrat de pré implantation à Beauvais © Radio France - Rosalie Lafarge

Pour sa part, la région Hauts-de-France participe à cette implantation en subventionnant à hauteur de 3.000 euros chaque emploi créé auxquels s'ajouteront 2.000 euros de prime si ces derniers concernent des personnes de moins de 25 ans, plus de 50 ans ou des demandeurs d'emploi de plus de six mois, précise son président Xavier Bertrand.

Sûrement plus d'une centaine d'emplois à la clé

"Il n'y a pas de bus électrique produits en France", souligne encore Xavier Bertrand, "l'idée, c'est de les vendre dans la région, en France et en Europe, car plus il y aura de bus vendus dans le monde, plus il y aura d'emplois créés dans le Beauvaisis. Ce sont 100 postes pour démarrer, mais ça ne s'arrêtera évidemment pas là. BYD veut aller plus loin, simplement pour cela, il faut que les bus se vendent".

"Plus il y aura de bus électriques vendus, plus il y aura d'emplois créés dans le Beauvaisis" - Xavier Bertrand, président LR de la région Hauts de France

Pour le président de la région, c'est en tout cas très prometteur. "En plus, les bus électriques, cela a du sens, ajoute Xavier Bertrand, tout le monde se rappelle les épisodes de pollution très graves d'il y a quelques semaines. Cela ne va pas s'arrêter d'un coup de baguette magique, il faut donc penser à investir dans des bus zéro rejets".

La communauté d'agglomération du Beauvaisis ravie du choix de BYD

La présidente de la communauté d'agglomération du Beauvaisis en est elle aussi persuadée, BYD recrutera plus de 100 personnes. "C'est la première fois qu'un industriel chinois s'installe en France, insiste Caroline Cayeux, c'est donc une excellente nouvelle synonyme de relocalisation d'industries et de création d'emploi. Nous sommes bien conscients que si BYD gagne beaucoup de marché, il ne se contentera pas de 100 emplois, ce pourrait être multiplié par trois ou quatre dans les années qui viennent".

"Cent emplois dans un premier temps, mais ce pourrait être multiplié par trois ou quatre dans les années qui viennent" - Caroline Cayeux, présidente de la communauté d'agglomération du Beauvaisis

Peu connu à l'étranger, BYD ("Build Your Dreams"), spécialiste des batteries au lithium fondé en 1995, s'est lancé à partir de 2003 dans l'industrie automobile, en anticipant très tôt l'essor des véhicules électriques. L'entreprise table désormais sur ses bus électriques pour se faire mieux connaître à l'étranger: il a déjà décroché des contrats en Corée du Sud, en Inde, au Brésil, aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en Hongrie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu