Économie – Social

Le chômage en légère hausse en Bourgogne Franche-Comté

Par Thierry Campredon, France Bleu Belfort-Montbéliard jeudi 28 janvier 2016 à 11:52

Le nombre de chômeurs ne faiblit pas
Le nombre de chômeurs ne faiblit pas © Maxppp

Le nombre de demandeurs d’emploi a augmenté de 0,4% dans la nouvelle région Bourgogne Franche-Comté mais avec une forte hausse des chômeurs de plus de 50 ans, analyse des chiffres avec le directeur adjoint de la Direcct

C’est encore raté pour l’inversion de la courbe du chômage. Dans la nouvelle région Bourgogne Franche-Comté, la hausse est de 0,1% pour le mois de décembre et de 0,4% sur l’ensemble de l’année 2015 avec de toutefois de fortes disparités en fonction de l’âge des demandeurs d’emploi. Si le chômage des jeunes de moins de 25 ans est en baisse, en revanche le nombre de demandeurs d’emploi des plus de 50 ans explose avec une hausse de 7,8% sur un an : "c’est en effet dans cette catégorie d’âge qu’on observe la hausse la plus forte" reconnaît Pascal Fornage, directeur adjoint de la Direccte, la direction régionale des entreprises, du travail et de l'emploi en Bourgogne Franche-Comté, "c’est malheureusement une tendance constante depuis plusieurs années et c’est quelque chose qui est tout à fait prioritaire pour nous".

Une vraie différence entre la Bourgogne et la Franche-Comté

Autre fait important dans l’analyse des chiffres du chômage, c’est l’écart important qui existe entre la Franche-Comté et la Bourgogne. En Franche-Comté le nombre de chômeurs est en baisse de 1,2% alors qu’il est en forte hausse en Bourgogne avec plus de 3%. _"Cette différence s’explique par la conjoncture économique de ces deux désormais anciennes régions" affirme Pascal Fornage, "l’industrie franc-comtoise et particulièrement du nord Franche-Comté bénéfice de la reprise dans plusieurs secteurs d’activité et notamment dans le secteur automobile qui se porte bien, en revanche, sur la Bourgogne où l’activité industrielle est moins présente, la reprise est un peu plus en retard dans le domaine des services"._

Les aides à l’embauche doivent produire leurs effets

Pour relancer l'emploi, François Hollande a annoncé il y a quelques jours plusieurs mesures en faveur de la formation de 500 mille chômeurs ou encore le versement d’une prime d'embauche immédiate de 2000 euros par an pour les PME pour toute embauche en CDI ou en CDD de plus de six mois. "Jusqu’à présent, les aides à l’embauche comme les contrats d’avenir ou les contrats de génération ont porté leurs fruits principalement pour les jeunes et les 25/49 ans, mais aujourd’hui, ces primes à l’embauche, qui ciblent un public assez large, devraient être encore plus attractives pour les chefs d’entreprises" espère Pascal Fornage.