Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le CHU de Nancy réduit son déficit plus que prévu selon la direction

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Alors que la direction du CHU de Nancy se dit vigilante quant aux économies demandées par l'Etat, Bernard Dupont, le directeur général annonce que le déficit se réduit plus rapidement que prévu.

CHU de Nancy, hôpitaux de Brabois, en Muerthe-et-Moselle, septembre 2019.
CHU de Nancy, hôpitaux de Brabois, en Muerthe-et-Moselle, septembre 2019. © Radio France - Isabelle Baudriller

Nancy, France

Le CHU de Nancy bien parti pour réduire son déficit plus que prévu cette année. C'est ce qu'annonce à France Bleu Lorraine son directeur général Bernard Dupont. Alors qu'il tablait sur un déficit cette année de cinq millions d'euros, le déficit devrait se situer en dessous de ce seuil.

En cause, une hausse de l'activité et une meilleure maîtrise des dépenses. L'hôpital est sur la bonne voie assure Bernard Dupont : 

"Après l'objectif, c'est non seulement d'être à l'équilibre mais de pouvoir participer au financement d'investissements majeurs pour le CHU, ce qui suppose d'être en excédent. Il y a d'autres hôpitaux qui sont en excédent, il n'y a pas de raison que le CHU de Nancy n'y arrive pas à terme."

De quoi renforcer le dossier du CHU de Nancy qui sera examiné par le Copermo en fin d'année. Un dossier qui prévoit de rassembler les activités sur le plateau de Brabois. Coût de l'opération : 500 millions d'euros environ. Ce serait impossible à financer sans la participation de l'Etat. Les indicateurs se rapprochent du vert sur le plan financier, pas sur le plan humain regrette Stéphane Maire, secrétaire CFDT du CHU de Nancy : 

"La baisse du déficit, c'est toujours une bonne chose. On ne va pas s'en plaindre. Mais à quel prix ? On en est à six ans de réorganisation, six ans de suppressions de postes, six ans de fermetures de lits. Les conditions de travail se sont dégradées et c'est au prix d'investissements qui n'ont pas été faits."

Le Copermo de l'été dernier a acté la suppression de 598 postes et la fermeture de 174 lits sur six ans en échange d'aides financières.

La qualité des soins n'en pâtit pas, d'après Stéphane Maire. La preuve : la huitième place du CHU de Nancy au palmarès des hôpitaux de l'hebdomadaire "Le Point".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu