Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le cigarettier Seita ferme son site de production de Riom, 239 postes menacés

mardi 29 novembre 2016 à 10:37 Par Juliette Micheneau, France Bleu Pays d'Auvergne

Seita annonce ce mardi son intention de fermer son site de production de cigarettes de Riom. 239 emplois sont menacés. Le groupe annonce chercher des repreneurs.

Seita est une filiale du cigarettier britannique Imperial Tobacco.
Seita est une filiale du cigarettier britannique Imperial Tobacco. © AFP - Jean-Sébastien Evrard

Riom, France

L'annonce est tombée ce mardi matin en Comité Central d'Entreprise. Seita, filiale française du cigarettier britannique Imperial Tobacco compte se désengager du site de production de Riom dans le Puy-de-Dôme et du centre de recherche de Fleury-les-Aubrais dans le Loiret.

Seita cherche des repreneurs

Suite au plan social lancé en 2014, Riom était la dernière usine de production du groupe en France. 239 emplois y sont aujourd'hui menacés. Dans un communiqué, Seita dit chercher des repreneurs "en privilégiant des solutions de reconversion susceptibles d'assurer la viabilité des sites et d'offrir des perspectives d'emploi". La fermeture est envisagée à partir du second semestre 2017.

"Confronté à la chute continue de ses ventes dans ses principaux marchés et à la forte baisse de production qui en résulte, Imperial Tobacco est contraint d'adapter son outil industriel pour sauvegarder sa compétitivité", explique Seita, rappelant que l'industrie du tabac subit de plein fouet les conséquences "des législations européennes anti-tabac qui ne cessent de se durcir".

Selon Seita, entre 2002 et 2015, le nombre de fumeurs a diminué de 37% en Europe et les achats de tabac ont chuté de 44% en France. Le cigarettier affirme que les usines européennes du groupe ne sont exploitées qu'à 50% de leur potentiel depuis 2013.

Les arguments avancés par la direction ne tiennent pas la route selon Ludovic Gotiaux, syndaliste CGT.

Ludovic Gotiaux, syndicaliste CGT