Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le commerce du poisson au ralenti en Poitou-Charentes à cause du coronavirus

-
Par , France Bleu Poitou, France Bleu
La Rochelle, France

En période de confinement, et alors que les restaurants et la plupart des marchés sont fermés, le commerce du poisson tourne lui aussi au ralenti. L'ensemble de la chaîne est perturbée, à commencer par le port de pêche de La Rochelle.

Il y a moins de poissons à la criée à La Rochelle depuis le confinement.
Il y a moins de poissons à la criée à La Rochelle depuis le confinement. © Radio France - Xexili Foix

Vous l'avez peut-être remarqué en faisant vos courses, dans le Poitou ou en Charente et Charente-Maritime : dans les marchés et supermarchés, les étals de poissons sont moins achalandés, voire fermés. Et ce n'est pas sans lien avec la crise sanitaire actuelle. L'ensemble de la chaîne de production tourne au ralenti.

Le port de pêche de La Rochelle à 60% de son activité

Avant que le poisson n'arrive sur les marchés, il faut évidemment le pêcher. Dans le port Chef de baie de La Rochelle, l'activité a baissé d'environ 40% depuis le début du confinement en France. La première raison, c'est que certains bateaux ne partent plus en mer, car ils sont trop petits pour permettre aux marins de respecter les distances de sécurité. La seconde, c'est qu'en raison de la fermeture des restaurants et d'une majorité de marchés, la demande est moins forte

"Toute la filière est réduite et bousculée dans son organisation, explique Pascal Bouillaud, le directeur d'exploitation du port. Il y a des incertitudes au quotidien, parce que d'un jour à l'autre, il y a des chutes de cour sur des espèces, des augmentations sur d'autres. C'est très variable et très aléatoire"

Pour le moment, la criée a cependant lieu tous les jours, notamment grâce à la seiche. 

Priorité au poisson emballé

Cette activité réduite pèse aussi sur les mareyeurs, qui, d'une part, ne peuvent plus exporter, et d'autre part, ne vendent presque plus qu'aux grandes surfaces. Or, même dans les super et hypermarchés, le coronavirus a engendré des changements. Afin de continuer à proposer des produits frais à leurs clients tout en respectant les mesures pour limiter la propagation du Covid-19, les gérants préfèrent favoriser le poisson emballé dans des barquettes. Ainsi, les échanges de main à main entre poissonnier et clients sont évités.

Certains poissons viennent cependant à manquer tout court, notamment car ils sont habituellement transportés par bateau depuis d'autres pays. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu