Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le conseil départemental d'Indre-et-Loire dénonce les attaques du gouvernement contre le logement social

vendredi 29 septembre 2017 à 17:27 Par Denis Guey, France Bleu Touraine

"Sauvons le logement social", cet appel lancé par les élus locaux au congrès des HLM à Strasbourg a été adopté par le conseil départemental d'Indre-et-Loire réuni en séance plénière

La baisse des loyers HLM empêcherait la construction de 200 logements par an pour Val Touraine Habitat
La baisse des loyers HLM empêcherait la construction de 200 logements par an pour Val Touraine Habitat © Maxppp - Denis Guey

Indre-et-Loire, France

Le conseil départemental d'Indre-et-Loire part en guerre contre le plan logement du gouvernement. Ce vendredi, en session plénière à Tours, il a voté à l'unanimité la motion adoptée par le congrès HLM de Strasbourg deux jours auparavant intitulée "Sauvons le logement social". Lors de l'annonce de la loi de finances 2018, dans sa politique sur le logement, le gouvernement a demandé aux bailleurs sociaux de baisser les loyers HLM de 50 à 60 euros pour compenser la diminution des APL de 40 euros. Ce coup de massue ferait perdre 14 millions d'euros à tous les bailleurs sociaux d'Indre-et-Loire, dont six millions à Val Touraine Habitat. Avec cette baisse, l'organisme HLM serait contraint d'abandonner la réhabilitation de 500 logements et la construction de 200 logements par an.

"Nous faisons 350 logements neufs par an, nous en réhabilitons 1000 par an. Si on nous en enlève 200 et 500, c'est énorme" - Jean-Gérard Paumier, président du conseil départemental et de Val Touraine Habitat

Pour Jean-Luc Triollet, le directeur général de Val Touraine Habitat et président régional de l'Union Sociale pour l'Habitat, la baisse de 50 euros des loyers serait un leurre pour les locataires: "en effet, même s'ils ont l'impression d'être gagnants, à terme ce seront eux les perdants car nous construirons moins, nous réhabiliterons moins, et le patrimoine immobilier sera moins entretenu. Le gain supposé de 20 euros entre la baisse des APL et celle des loyers sera moindre pour le locataire au regard des investissements que nous faisons dans le parc existant notamment sur le plan énergétique". Pour Jean-Gérard Paumier, président du conseil départemental et de Val Touraine Habitat, "c'est une réforme hâtive, injuste et sans concertation. Nous demandons à l'Etat de nous mettre autour de la table pour en discuter, c'est le sens de la motion que nous avons adoptée à l'unanimité".

"Nous n"'avons jamais connu une telle attaque contre le logement social" - Jean-Luc Triollet, président régional de l'Union Sociale pour l'Habitat

Jean-Luc Triollet, président régional de l'Union Sociale pour l'Habitat explique que le mouvement ne fait que commencer, "la motion "Sauvons le logement social" a déjà recueilli les signatures de 1940 élus toutes sensibilités confondues. Et lundi, je réunis à Orléans le conseil d'administration des 39 organismes HLM de l'Union Sociale pour l'Habitat en région Centre Val de Loire de manière à mettre au point une stratégie d'actions".

A l'arrivée, il y aura aussi un impact sur l'économie locale. Val Touraine Habitat évalue à deux emplois l'équivalent d'une construction de logement social et à 0,4 emploi la réhabilitation d'un logement. La diminution des commandes au BTP aura donc des conséquences sur l'emploi en Indre et Loire.