Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Économie – Social

Le Conseil départemental de la Côte-d'Or au secours des éleveurs

lundi 31 août 2015 à 10:27 Par Christophe Tourné, France Bleu Bourgogne

Les élus départementaux de la Côte-d'Or se réunissent ce lundi en session extraordinaire. Au menu du jour, un train de mesures pour soutenir l'élevage très durement touché par la sécheresse exceptionnelle de cet été en Bourgogne.

Une vache limousine avec son veau à l'élevage Pinpin en 2013.
Une vache limousine avec son veau à l'élevage Pinpin en 2013. - Photo Alexandre Chassignon - Radio France

Quand les prés sont desséchés , il faut bien nourrir le bétail autrement, et puiser précocement dans les stocks de fourrage. C'est ce qu'a fait Gilles Laffage, éleveur à Flavigny sur Ozerain. Il possède un cheptel de 170 vaches : des limousines pour la viande mais aussi des vaches laitières. Mais avec le manque d'herbe dans les prés, il constate que la quantité et la qualité de sa production laitière en pâtissent.

Gilles Laffage, un éleveur touché par la sécheresse

 

La production de cet éleveur est destinée à fabriquer du fromage d'Epoisses. La fromagerie Berthaut, qui reçoit moins de lait, reconnaît une baisse de sa production cet été. Et comme l'Epoisses est un fromage qui répond à un cahier des charges strict, elle ne peut pas s'approvisionner en dehors du périmètre concerné. Elle ne peut pas non plus améliorer le taux de matière grasse et doit utliser le lait qui lui parvient tel quel. Or, en cette période de sécheresse, le lait est non seulement plus rare mais aussi moins bon.

Le fromage est donc un peu comme le vin, tributaire de la météo pour produire un bon millésime.La fromagerie fait le dos rond, et peut se le permettre, le début de l'année ayant été à l'inverse fructueux. Mais comme ses fournisseurs, elle croise les doigts pour que cette situation de sécheresse ne s'éternise pas.

Le conseil départemental examine donc ce lundi en session extraordinaire comment soutenir l'élevage aux prises avec la sécheresse mais aussi avec la chute des cours.