Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Le Coteau : plus que deux repreneurs en lice pour les canapés Diva

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

L'audience repoussée de quinze jours a eu lieu ce lundi matin devant le Tribunal de Paris. L'un des trois repreneurs possibles s'est finalement désisté en fin de semaine dernière, il n'a pas réussi à conclure son montage financier. C'était le seul à proposer de reprendre presque tous les salariés.

Capture d'écran du site internet de Diva Salon
Capture d'écran du site internet de Diva Salon

Mauvaise nouvelle pour les salariés des canapés Diva. L'ancien PDG du groupe Adova auquel est rattachée l'entreprise costelloise, Jacques Schaffnit, retire son offre de reprise. Il n'a pas pu présenter un montage financier abouti ce lundi matin devant le tribunal de commerce de Paris, l'une des banques s'est finalement rétractée. Il avait demandé le 7 septembre dernier un délai pour finaliser son montage. 

C'est finalement la douche froide pour Jacques Schaffnit : "Je suis extrêmement déçu. Parce que c'est de l'investissement personnel, j'ai travaillé pendant trois mois, j'ai fait appel à des experts. Je suis également déçu pour les employés qui croyaient très fortement au fait que je puisse être financé.  Je déçu par les banques, qui sont certainement très prise par tout ce qu'il se passe autour de nous aujourd'hui, mais qui ne sont peut-être pas assez à l'écoute de projets comme le mien."

C'était le seul des trois repreneurs potentiels à proposer de reprendre 120 salariés, sur les 127 que compte de l'entreprise. Les deux autres projets de reprise envisageaient de garder entre 37 et 40 salariés dans leur offre initiale. 

La moitié des 120 salariés devraient être repris

Les projets porteraient aujourd'hui sur la reprise une soixantaine d'employés, c'est-à-dire la moitié de l'effectif de l'entreprise. Et c'est un maigre soulagement pour Jacques Schaffnit : "Mon offre a au moins permis de tirer vers le haut le nombre d'emplois repris." Le tribunal devra donc trancher entre ces deux candidats. La décision devrait être annoncée dans les prochains jours

Choix de la station

À venir dansDanssecondess