Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Le Covid-19, grand absent des contrats d'assurances

-
Par , France Bleu, France Bleu Maine

Les entreprises qui connaissent de graves pertes d'exploitation ne seront pas indemnisées par leurs assurances. L'Etat appelle les assureurs à plus de solidarité et à participer à la reconstruction du pays.

La pandémie n'est pas un risque couvert par les compagnies d'assurances
La pandémie n'est pas un risque couvert par les compagnies d'assurances © Maxppp - AltoPress

Les assurances doivent être plus solidaires, c’est en substance le message du gouvernement. Après l'allocution du président de la République, le ministre de comptes publics, Gérald Darmanin a appelé les assurances à participer à la reconstruction économique du pays, "même si ce n’était pas prévu dans les contrats". Il faut dire que les petites entreprises tirent la langue avec d’importantes pertes d’exploitation liées au confinement.

La pandémie n'est pas couverte par les assurances

Depuis quatre semaines, plus rien n'entre dans les caisses de cette petite entreprise sarthoise spécialisée dans l'isolation thermique. Le patron, Bruno Job, a appelé son assureur à la rescousse, mais il ne sera pas indemnisé

"Cela fait quinze ans que je paie une assurance "perte d'exploitation" pour rien. Les assureurs ont bien su nous la vendre, sauf qu'il y a une faille : dans tous les contrats le mot virus n'apparaît pas", s'insurge ce chef d'entreprise de Savigné-L'Evêque.

Les assurances mettent en avant le risque de faillite

En effet, la pandémie n’entre pas dans les contrats d’assurance. Elle n'est pas considérée non plus comme "catastrophe naturelle". Indemniser toutes les entreprises en difficulté représenterait des sommes colossales, environ 60 milliards d'euros pour deux mois de confinement. Les assurances n'en ont tout simplement pas les moyens met en avant un assureur du Mans : "Contractuellement, une compagnie d'assurances ne pourra jamais intégrer ce type de risques, cela la mettrait en faillite immédiate."

Les assurances continuent de nous prélever et ne nous donnent rien en échange!

Pourtant, la faillite c’est aussi ce que redoute cette restauratrice du Mans. Chaque mois, elle perd environ 10.000 euros de chiffre d’affaires sans compter que son assurance continue de lui prélever ses cotisations mensuelles. 

"J'ai encore été prélevée en avril des charges liées à l'assurance. C'est ironique comme situation. Les assurances continuent de nous prélever tous les mois, mais en échange, elles ne nous donnent rien, elles ne nous soutiennent pas", regrette la gérante qui ne pourra pas ouvrir son restaurant avant mi-juillet.

Les compagnies d’assurances rappellent qu’elles participent au fonds national de solidarité à hauteur de 200.000 millions d'euros et que des suspensions de cotisations sont prévues pour les entreprises en difficulté. Par ailleurs, les professionnels qui ne sont pas en mesure de payer leurs cotisations d'assurances ne seront pas poursuivis et ne verront pas leur contrat interrompu.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu